Barcelone vu par Sorhaindo

  • A
  • A
Barcelone vu par Sorhaindo
Partagez sur :

Après avoir créé l'exploit lors du match aller en Savoie (27-26), Chambéry se déplace à Barcelone, dimanche, dans le cadre de la 9e journée de Ligue des champions. Les joueurs de Philippe Gardent retrouveront donc Cédric Sorhaindo, qui évolue en Catalogne depuis le début de la saison. L'occasion pour le pivot de nous faire découvrir sa nouvelle ville, et son fameux club omnisports.

Après avoir créé l'exploit lors du match aller en Savoie (27-26), Chambéry se déplace à Barcelone, dimanche, dans le cadre de la 9e journée de Ligue des champions. Les joueurs de Philippe Gardent retrouveront donc Cédric Sorhaindo, qui évolue en Catalogne depuis le début de la saison. L'occasion pour le pivot de nous faire découvrir sa nouvelle ville, et son fameux club omnisports. Son intégration dans le groupe "Quand je suis arrivé ici, j'étais tout seul, mais tout le monde m'a bien accueilli. Je suis finalement devenu le petit frère de chacun. Il y a une bonne vie de groupe, une bonne vie de club. On vit très bien ensemble, il y a une très bonne ambiance, de très bons joueurs à tous les postes. La différence, c'est l'implication à l'entraînement, elle est similaire à celle des matches. On essaie de donner le maximum chaque week-end et pour l'instant ça se passe plutôt bien. J'espère que ça va se passer comme ça tout au long de mon contrat." Le Barça, un club omnisports "C'est une vie de partage. C'est un club omnisports donc chacun essaie de voir comment ça se passe dans les autres sports. On suit les résultats des autres. C'est une vraie famille. Si on croise un peu moins les footballeurs, pour les autres sports, on se croise quasiment tous les jours. Pour ma part, je suis déjà allé plusieurs fois au Camp Nou, mais je ne crois pas que Lionel Messi soit déjà venu nous voir (rires)." Sa vie en Espagne "Ça se passe bien. Certains coéquipiers me disent que je suis devenu un vrai espagnol donc je me suis bien adapté notamment sur les horaires, sur la façon de manger, etc. J'ai également des cours d'espagnol deux fois par semaine. Pour ce qui est du climat, c'est vraiment mieux ! Cet hiver je n'ai jamais mis une doudoune ! Cet après-midi (vendredi), il fait 20 degrés, le climat est forcément meilleur ! Sinon pour ce qui est des sorties, je suis un grand casanier. Je suis plutôt chez moi. Quand il y a une sortie de groupe, je suis là mais sinon je suis plutôt chez moi et parfois au resto. En fait, je me suis fixé comme objectif de me poser la première année avant de commencer à regarder ce qu'il se passe dans la ville, et profiter de la culture. C'est un choix personnel, et je pense que ça porte ses fruits." Le match face à Chambéry "A l'heure actuelle on se focalise vraiment sur notre jeu, sur ce que l'on produit. A l'aller nous avons déjoué mais Chambéry a super bien joué le coup donc forcément, à la fin, ils nous ont battus. En tant que compétiteurs, on a à coeur de se racheter. Même si je suis français, on ne me demande pas plus que cela mon avis sur Chambé. Il y a un travail qui est fait, chacun parle au sein du groupe sur ce que l'on connait ou ce que l'on ne connait pas et au final c'est ce qui fait notre force. On discute par rapport à notre adversaire du week-end, mais nos matches sont tellement rapprochés qu'au final on ne voit pas trop la différence." Son retour du Mondial "J'ai reçu un très bon accueil. Ils m'ont félicité. Mais pas plus que cela car on s'est replongé direct dans ce qu'on avait à faire et dans le travail. Il y a eu forcément quelques petites blagues mais c'est plus une histoire de vie de groupe. Après c'est vrai que mon mois de janvier s'est super bien passé et je reviens avec une médaille. Mais avec le club on n'a encore rien gagné cette saison. Quand on fait des bons résultats en équipe nationale, on a déjà un peu plus de respect. On ne vous voit pas autrement, mais on mûrit et on essaie d'apporter ce que l'on a vécu. De leur côté, je pense qu'ils ont une très bonne équipe (l'Espagne), et ils jouaient le titre. Maintenant ils ont la médaille de bronze, et c'est mieux que rien." France-Serbie, et les retrouvailles avec le public français "C'est toujours un grand plaisir. Pour moi qui vis seul à l'étranger, c'est important de voir mes coéquipiers en sélection. Ça me permet d'évacuer, de me remettre au français. Pouvoir partager ça avec le public français avec des matches vraiment à la maison, c'est forcément bénéfique pour moi." Sa guitare achetée en Suède "Ces temps-ci je n'ai pas le temps, je suis vraiment très fatigué. Je joue tous les trois jours donc la guitare je l'ai laissée à la Fédé. C'est notre guitare à tous. On la retrouvera à chaque stage. Je vais normalement m'acheter une guitare ici." Le Paris handball "Je suis en contact avec certains joueurs. Je m'y intéresse parce que c'est quand même le club qui m'a révélé. C'est mon club de coeur, pour lequel j'ai beaucoup de respect. Je pense que par la suite ça ira un petit peu mieux et c'est tout le bonheur que je leur souhaite. Pour le départ d'Olivier Girault, c'est toujours difficile car je ne sais pas ce qui s'est réellement passé. Avec un peu de recul, avec les mois qui vont passer, j'en saurais plus. Je suis de tout coeur avec lui parce que je sais que ce n'est pas forcément facile comme situation."