Barcelone, un an après

  • A
  • A
Barcelone, un an après
Partagez sur :

A l'été 2010, l'athlétisme français a rayonné à Barcelone à l'occasion des Championnats d'Europe et à l'issue desquels 18 médailles étaient venues garnir le panier tricolore. Un an après, à 15 jours du début des Mondiaux de Daegu, sports.fr a effectué un bilan sur ceux et celles qui ont brillé en Catalogne. Et le revers de la médaille n'est pas toujours éclatant.

A l'été 2010, l'athlétisme français a rayonné à Barcelone à l'occasion des Championnats d'Europe et à l'issue desquels 18 médailles étaient venues garnir le panier tricolore. Un an après, à 15 jours du début des Mondiaux de Daegu, sports.fr a effectué un bilan sur ceux et celles qui ont brillé en Catalogne. Et le revers de la médaille n'est pas toujours éclatant. Christophe Lemaitre (A Barcelone: OR sur 100 m, 200 m, 4x100 m) Après son triomphe en Catalogne, l'élève de Pierre Carraz disputera sept courses pour conclure l'année avec une quatrième place à Rieti comme plus mauvais résultat. Ce 29 août en Italie, il coupe la ligne en 9"97, nouveau record de France du 100 m, un centième de mieux que son chrono de la veille en séries, et celui de Valence aux Championnats de France. En 2011, Christophe Lemaitre a continué sa progression en descendant à quatre reprises sous les 10 secondes, améliorant trois fois la marque nationale. Le 29 juillet, en finale du 100 m des Championnats de France d'Albi, il s'impose en 9"92. Sur 200 m, il flirte avec un temps en deçà des 20 secondes, à Stockholm le 19 juin (20"28), victime d'un vent défavorable de 2,8 m/s. Il est incontestablement l'athlète tricolore qui a le mieux digéré l'après-Barcelone. Martial Mbandjock (OR sur 4x100 m, ARGENT 200 m, BRONZE 100 m) C'est le contraire de Lemaitre. Mbandjock n'a pas profité de ce bel été espagnol (3 médailles) pour bonifier son potentiel. Nourrit-il quelques complexes par rapport au Savoyard ? Certainement pas mais son mental n'est peut-être pas aussi dur au mal que l'on pouvait le croire, malgré une vie aux États-Unis où il suit les entraînements du groupe de John Smith, puis celui de Maurice Greene depuis janvier 2011. Cette année, outre un hiver conclu par une médaille d'argent aux France et une cinquième aux Europe sur 60 mètres, Martial Mbandjock s'est contenté d'un 10"13 le 23 avril (Lawrence Kansas Relays) comme meilleur temps. Renaud Lavillenie (OR Perche) On s'est inquiété, faut-il le reconnaître, sur son début de saison estival, pas vraiment enthousiasmant, symbolisé par deux 0 : à New York le 11 juin, il est vrai dans des conditions météos très difficile, et le 30 juillet aux Championnats de France d'Albi, une semaine après avoir franchi 5,90 m à Monaco. Une barre qui a rassuré les supporters de Renaud Lavillenie, toujours en tête des bilans mondiaux à ce jour. On n'oubliera pas évidemment les 6,03 m passés en salle à Bercy qui lui avaient donné le titre européen. Le pensionnaire du Clermont athlétisme Auvergne reste un médaillable en puissance en Corée du Sud. Teddy Tamgho (BRONZE Triple saut) C'est un coup dur pour les chances de médailles de l'athlétisme français à Daegu. Dans un bon jour, voire moyen, Teddy Tamgho est capable de « tuer » un concours sur un saut et tutoyer les 18 mètres. Il devra remettre ses gros espoirs de titre mondial à plus tard, et effacer ainsi la déception du bronze ramené de Barcelone en 2010 alors qu'il en était naturellement le grand favori. Blessé cette année lors des Europe espoirs en juillet, l'élève de Pedroso s'est fait opéré d'une fracture non déplacée de la malléole interne de la cheville droite. Avec deux sauts à 17,91 m (le 20 février et 30 juin) et un titre européen en salle décroché à 17,92 m, Tamgho se trouve toujours tout en haut des bilans mondiaux. Mahiedine Mekhissi-Benabbad (OR 3 000 m steeple) Le médaillé d'argent des JO de Pékin (2008) se rate rarement sur sa distance fétiche. Couvert d'un or continental à l'été 2010 (8'07"87), Mahiedine Mekhissi-Benabbad s'était également distingué trois semaines plus tard en s'imposant à Bruxelles (8'02"52). Cette année, s'il a fait mieux devant son public du Stade de France, en battant son record personnel (8'02"09 - 5e au bilan mondial à ce jour), ses chamailleries avec Mehdi Baala à Monaco l'ont peut-être plongé dans le doute. La FFA s'est en tous cas montré clémente en ne le privant pas de Daegu où il ambitionnera un podium. Bob Tahri (ARGENT 3 000 m steeple Dauphin de Mekhissi à Barcelone, Bouabdellah Tahri a été légèrement contrarié cet été par sa cuisse gauche (aponévrosite) qui l'a privé du Meeting de Metz et celui d'Areva à Saint-Denis. Un contre temps qui ne l'a pas empêché, pour son retour à la compétition le 22 juillet à Monaco, de se distinguer en 8'05"72, avant de décrocher le titre de champion de France à Albi. Yohann Diniz (OR 50 km marche) Le postier a mis fin à son année 2010 après avoir raflé l'or aux Championnats d'Europe de Barcelone, le 30 juillet. On le retrouve le 12 mars cette année à Reims, où il est licencié. Yohann Diniz établit alors un nouveau record du monde du 50 000 mètres marche (sur piste) en 3h35'27"20. Il est sacré sans surprise champion de France du 10 000 m marche à Albi le 29 juillet dans un temps de 38'44"97, meilleure performance mondiale de l'année, et record national. Depuis, il a multiplié les stages en altitude notamment à Font-Romeu dont le dernier a débuté le 9 août. Garfield Darien (ARGENT 110 m haies) En l'absence de Ladji Doucouré, Garfield Darien a dignement représenté les haies française l'année dernière avec une deuxième place à Barcelone en 13"34, le même chrono réalisé à Crystal Palace (3e) et Zürich (6e) le mois suivant. En 2011, il n'a pas beaucoup couru sur la distance (5 courses), la faute à une hernie inguinale qui coûte d'ailleurs au vice-champion d'Europe indoor sur 60 m haies, sa participation aux Mondiaux de Daegu. Myriam Soumaré (A Barcelone: OR 200 m, BRONZE 100 m, ARGENT 4x100 m) Les trois médailles accrochées à son cou lors de l'été catalan, de trois couleurs différentes, ont conclu, avant un dernier passage à Zürich (9e du 100 m), une année 2010 riche de 49 courses dont 17 60 mètres et un 22"32 sur 200 m (en finale à Barcelone), synonyme de 5e temps au bilan mondial. 2011 comprend toujours un nombre important d'épreuves disputées (47) mais les performances sont moins éclatantes. Ce que l'on peut comprendre avec deux saisons physiquement intenses et des tendons qui font toujours souffrir. Myriam Soumaré descend deux fois sous les 23 secondes, respectivement, en demi-finales et finale des France: 22"91 et 22"86. Des chronos insuffisants pour les minima de Daegu (22"71) mais son statut de championne d'Europe devrait la qualifier pour le demi-tour de piste. 3e de la finale du 100 m (11"17), elle s'assure en tout cas un billet pour la Corée du Sud. Véronique Mang (ARGENT 100 m, ARGENT 4x100 m) Championne de France de la distance reine (11"16) et médaillée d'argent à Barcelone (11"11) en 2010, la native de Douala déçoit l'année suivante. Tout d'abord aux Championnats d'Europe indoor de Bercy (6e) et surtout tout au long de la saison estivale au cours de laquelle elle tarde à trouver le rythme. Elle patientera jusqu'au 29 juillet, et son 14e 100 m, pour signer enfin les minima de Daegu (11"18) en prenant la 2e place de la finale des Championnats de France (11"11), record personnel égalé. Véronique Mang conserve son titre puisque battue par la Gabonaise Ruddy Zang Milama (11"09). Hind Dehiba-Chahyd (ARGENT 1 500 m) Devant encore supporter l'étiquette d'ex-contrôlée positive, la médaillée d'argent des Championnats d'Europe de Barcelone ne vit pas toujours pleinement sa passion. Ignorée par la plupart des organisateurs de meetings en Europe, Hind Dehiba-Chahyd a participé à 4 courses cet été dont les 1 500 m des Championnats de France qu'elle a remportés en 4'08"17, dans la lignée de ces temps réalisés un peu plus tôt à Lausanne (4'06"58) et Monaco (4'06"74).. Les minima pour les Mondiaux ayant été fixés à 4'02"50...