Barcella en coup de vent

  • A
  • A
Barcella en coup de vent
Partagez sur :

Invisible sur les terrains depuis bientôt dix mois, Fabien Barcella l'était tout autant ce mardi, à Marcoussis, où le pilier tricolore, censé participer au premier stage de préparation du XV de France en compagnie de six autres sélectionnés, s'est éclipsé en catimini. S'il s'est soumis au "check-up" médical complet, le Biarrot était en revanche dans l'incapacité de prendre part aux premiers exercices physiques.

Invisible sur les terrains depuis bientôt dix mois, Fabien Barcella l'était tout autant ce mardi, à Marcoussis, où le pilier tricolore, censé participer au premier stage de préparation du XV de France en compagnie de six autres sélectionnés, s'est éclipsé en catimini. S'il s'est soumis au "check-up" médical complet, le Biarrot était en revanche dans l'incapacité de prendre part aux premiers exercices physiques. "Et Barcella, il est pas là ?" Très attendu par les médias ce mardi, à Marcoussis, Fabien Barcella, parmi les sept Tricolores retenus dans la liste élargie des 32 pour la Coupe du monde (9 sept.-23 oct.) et convoqués au premier stage de préparation du XV de France en ce début de semaine, a brillé par son absence lors du point-presse programmé ce jour. S'il s'est bien soumis lundi, toute la journée à la batterie de tests médicaux, sorte de "check-up" général, orchestrée par le staff médical -"du panoramique dentaire à l'évaluation morphologique jusqu'au bilan nutritionnel", détaille Julien Deloire, le "Monsieur préparation" du staff tricolore-, le pilier biarrot, victime d'une rupture du tendon d'Achille en août dernier, a quitté le CNR dès ce matin, laissant ses partenaires valides (Marty, Mas, Mermoz, Palisson, Estebanez, Huget), se consacrer aux premières séances d'entraînement physique. "Fabien n'était pas directement concerné, c'est ce qui a motivé son départ", a commenté Deloire. Médicalement, il y a quelques chose qui a été convenu entre le club et l'équipe de France sur ses protocoles. En tout cas, il n'est pas avec moi." En accord avec le BO Presque dix mois après sa grave blessure, Barcella reste donc un point d'interrogation. Il y a une semaine, à l'heure de l'annonce des sélectionnés pour la Nouvelle-Zélande, où le nom du Biarrot avait surpris tout le monde, le staff de l'équipe de France s'était pourtant montré rassurant, à l'image d'Emile Ntamack évoquant la "bonne progression" du Biarrot. "Marc s'est tenu au courant régulièrement, il est bien placé, et il a fait le bilan avec le médical pour savoir s'il progressait. Il a du retard, on était beaucoup plus sceptiques il y a quelques temps et finalement, il présente une bonne progression. Il est presque envisagé qu'il reprenne la course à l'entraînement, ça laisse donc supposer qu'il peut être compétitif." Pas suffisamment en tout cas pour prendre part sur le terrain synthétique d'un CNR baigné de soleil aux premières séances de travail de gainage et d'appuis, auxquels Deloire et l'autre préparateur physique du staff, Jean-Luc Arnaud, ont soumis les Bleus présents. Barcella n'est à ce jour pas en mesure de se consacrer à des séances sollicitant le bas du corps, même légères.