Barça-Real termine sur une mauvaise note

  • A
  • A
Barça-Real termine sur une mauvaise note
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Malgré la victoire (3-2) du Barça, le match a dégénéré après un violent tacle de Marcelo. 

Après une très belle rencontre et une victoire du Barça (3-2) au match retour de la Supercoupe d’Espagne, la rencontre a très mal fini. Une fois encore, la rivalité entre les deux les deux frères ennemis de la Liga a viré au règlement de compte. La faute à qui ? La faute à Marcelo, le joueur brésilien du Real, coupable d’un très vilain tacle sur Cesc Fabregas dans les arrêts de jeu.

Cartons rouges et mauvais gestes

C’est le talon d’Achille des clasicos. Après des exploits individuels de Messi, Ronaldo and co, après une magnifique confrontation, les matches entre le Barça et le Real Madrid dérapent très souvent. Mercredi soir, après un tacle assassin de Marcelo, tous les joueurs se sont chamaillés comme des enfants dans une cour d’école. Résultat : trois cartons rouges (Marcelo et Özil à Madrid, Villa à Barcelone), des gestes à oublier et une image sacrément ternie.

Regardez les images de la bagarre générale :

Après la rencontre, tous les acteurs ont commenté ces incidents. Chacun avec une version assez différente. Xavi, d’ordinaire réservé, s’en est pris violemment aux Madrilènes : "l’image de Madrid est lamentable. Les images parlent d’elles-mêmes". Et de poursuivre : "ils ne laissent pas jouer, ils ne font que donner des coups. C’est une honte pour le football".

Xavi attaque, Casillas réplique. Le gardien du Real Madrid, habitué à plus deréserves, s’est montré intransigeant avec les joueurs catalans : "ils se jettent tout le temps par terre", insinuant que les Barcelonais font du cinéma et omettant le tacle dangereux de son partenaire, Marcelo. D’autres joueurs étaient beaucoup plus fatalistes à l’issue de la rencontre. Cesc Fabregas, agressé par Marcelo, ne s’est pas montré trop rancunier : "la rivalité est très forte entre les deux clubs, ce genre de choses arrive tout le temps".

Mourinho, le grand coupable ?  

En plein milieu de la bagarre, l’entraîneur du Real a été coupable, lui aussi, d’un vilain geste. En tirant l’oreille d’un entraîneur adjoint de Guardiola, José Mourinho n’a pas vraiment calmé le jeu. 

Déjà en mars dernier, le "Special one" avait été suspendu pendant quatre matches pour avoir critiqué violemment l'arbitrage à l'issue d'un clasico. 

Après ce manque de fair-play, plusieurs joueurs du Barça n’ont pas hésité à prendre à partie José Mourinho. Pour Piqué, "il est le grand responsable de l’agressivité de ses joueurs. Il détruit le football espagnol". "Il devrait donner l’exemple. Et au lieu de ça, il transmet des choses négatives", renchérit Dani Alves. Le principal intéressé, lui, a choisi de défendre ses joueurs. "Pepe et Marcelo ont fait un grand match. L’arbitre est là pour sanctionner s’il le faut". Sur l’oreille tirée, Mourinho a fait du Mourinho : "concernant Pito Vilanova ou je ne sais pas quoi (ndlr: Tito Vilanova, adjoint de Pep Guardiola), je n’ai rien à cacher, les caméras ont tout enregistré".

De son côté, Pep Guardiola a essayé de calmer un peu les esprits : "il va falloir être prudents, calmer le jeu parce que sinon, ce genre de matches terminera très mal un jour".