Barça-Real, le final

  • A
  • A
Barça-Real, le final
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le dernier des quatre clasicos a lieu mardi. Va-t-on enfin s'amuser ?

3%. L'affaire est-elle entendue entre le Barça et le Real après la victoire (2-0) des Catalans mercredi dernier, à Bernabeu ? Oui, disent les statistiques. Le cas s'est déjà présenté 245 fois depuis 40 ans, toutes compétitions européennes confondues. Et 97% du temps, l'équipe qui avait gagné 2-0 à l'extérieur s'est qualifiée. Le Real a donc 3% de chances. C'est peu. Toute victoire par deux buts d'écart (ou plus) qualifie le Real, sauf un 2-0 qui enverrait les deux équipes en prolongation. Tout autre résultat et le Barça décrocherait son billet pour une deuxième finale en trois éditions.

Le Barça s'impose (2-0) à Bernabeu à l’aller :

Retour sur les lieux du "crime". Des quatre clasicos de ce printemps, le quatrième et dernier est le seul qui sera disputé au camp Nou, là où, il y a un peu plus de cinq mois, le Real avait été disloqué par un Barça en état de grâce (5-0). Cela fait maintenant trois matches que les Madrilènes ne marquent plus chez leur rival (avant le 0-5, il y avait eu un 0-2 et un 0-1). Au contraire, le Barça est sur une série de neuf victoires consécutives à domicile en Ligue des champions. Dix et ce serait un record.

La Liga lâchée. Même s'ils restent quatre journées, les deux clubs en ont, semble-t-il, fini avec le championnat. Le Real, qui débutait avec une équipe B, a perdu à domicile contre le Real Saragosse (3-2), samedi. Quelques heures plus tard, le Barça, au courant du revers de son rival, levait le pied lui aussi et s'inclinait (2-1) sur la pelouse de la Real Sociedad. La Liga au Barça, la Coupe du Roi au Real, cette demi-finale retour, que le Barça débute avec deux buts d'avance, est une vraie belle qu’on espère belle.

Un Real plus offensif... Même après l'ouverture du Barça à l'aller, José Mourinho avait décidé de ne rien changer. Gonzalo Higuain, Kakà et Karim Benzema avaient ciré le banc pendant 90 minutes. Quand on sait ce qu'ont coûté ces trois joueurs en transferts, ça fait cher l'entretien. Le Real dans l'obligation de marquer, Mourinho devrait abandonner son 4-3-3 ultra-défensif pour un 4-2-3-1 plus conventionnel, avec Benzema titularisé à la pointe de l'attaque, devant un trio composé d'Angel di Maria, à droite, Mesut Özil au centre, et Cristiano Ronaldo, à gauche. Kakà et Higuain devraient être sur le banc. Il ne s'agit pas non plus de s'offrir en victime expiatoire en alignant les joueurs offensifs...

… et amoindri. Après la bataille de l’aller, le Real se présentera au Camp Nou sans deux de ses titulaires habituels, Pepe, expulsé à l’aller, et Sergio Ramos, suspendu après deux cartons jaunes. José Mourinho, lui aussi expulsé à l’aller, ne sera pas au bord de la pelouse. Il devra se contenter de donner ses indications avant la rencontre, l’UEFA interdisant tout contact entre un joueur suspendu et ses joueurs pendant le match. Il prendra sans doute place en hauteur, dans une loge du Camp Nou, où sa cote de popularité est assez faible, dirons-nous…

M. De Bleeckere au sifflet. Mourinho a décidé de ne pas parler avant le match retour. Il n'aurait pas manqué, sinon, de relever la présence au sifflet de l'arbitre belge Franck de Bleeckere. Lors de sa longue tirade à l'issue du match aller, l'entraîneur portugais l'avait cité comme un des arbitres du "scandale". L'an dernier, à la même époque, De Bleeckere avait arbitré la demi-finale retour Barça - Inter. Et un an après, "Mou" n'a toujours pas digéré l'expulsion de son joueur, Thiago Motta, pour une gifle sur le Catalan Sergio Busquets. Le Real n'a pas tardé à réagir à cette annonce et a ressorti de ses archives les images de Barça-Inter pour relever les talents d'acteur de Busquets.

Le Real met les choses au point :

Une montée dans les tours. Si le match aller n'a pas atteint des sommets, la tension entre les deux clubs, elle, a atteint son maximum. Non seulement les échauffourées se sont multipliées sur le terrain, mais, une fois le match terminé, les deux équipes se sont offert un après-match juridique assez rare à ce niveau. Le Barça a, en effet, déposé plainte contre le Real à la suite des propos de José Mourinho. En retour, le club merengue a porté plainte pour "conduite antisportive répétée". Les deux plaintes ont été rejetées par l'UEFA, lundi. Dans un communiqué mis en ligne sur son site internet, le Barça annonce le tifo qui sera mis en place mercredi "Thanks team !" ("Merci l’équipe !"). Et pour accompagner cette info, le Barça a mis en ligne une vidéo qui ne manque pas d'en remettre une couche sur l'agressivité mal placée des Merengue...

Le Barça remercie son équipe avant le dernier combat :

Un espoir pour le Real. Il y a 17 ans, le FC Metz, actuellement classé 17e de Ligue 2, était dans la position du Real Madrid. Battu par deux buts d'écart chez lui (4-2), au premier tour de la Coupe des coupes 1984-85, le club lorrain se déplaçait au Camp Nou avec l'obligation de l'emporter par trois buts d'écart pour être sûr de se qualifier. Et les Grenats l'avaient fait (4-1) ! Sur les 32 précédents où le Barça a pris l'avantage après le match aller en Coupe d'Europe, c'est l'une des deux seules fois où ils avaient été éliminés. Le FC Metz, un exemple pour le Real. Et oui !

Le FC Metz élimine le Barça en 1984 :

La presse espagnole, la tête à la saison prochaine. Si As fait sa Une sur "un onze pour rêver" (et donc pour se qualifier), Marca met lui en avant la signature, actée selon le quotidien, du milieu de terrain turc Nuri Sahin pour la saison prochaine. Récent champion d'Allemagne avec le Borussia Dortmund, le jeune international, âgé de 22 ans, est présenté comme le "complément idéal de Xabi Alonso au milieu de terrain". La presse pro-Real a, semble-t-il, déjà le regard porté sur la saison 2011-12…

Enfin du jeu ? Après trois matches marqués surtout par les fautes et les règlements de comptes, peut-on espérer voir enfin du football, mardi soir ? Peut-on espérer voir les deux meilleurs joueurs du monde, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, briller en même temps ? Tous les amateurs de foot l’espèrent, mais l’inimitié, elle, sera encore là, forcément. Il faut se souvenir que, lors de la démonstration du Barça du 27 novembre, en Liga, il y avait eu 11 cartons jaunes et 1 rouge. Alors, un match avec du jeu, pourquoi pas – le scénario, avec le Real mené, est idéal pour ça -, un match sans quelques échauffourées, certainement pas.