Barça, Real et polémique

  • A
  • A
Barça, Real et polémique
Partagez sur :

Après le Clasico remporté haut la main par le Barça, les deux ogres de la Liga ont repris leur duel à distance ce samedi lors de la 14e journée. Cela a débuté par un imbroglio sur le vrai-faux report d'un Osasuna-Barça qui a finalement eu lieu avec un succès 3-0 de Catalans à peine descendu du car. De son côté, le Real Madrid a longtemps peiné avant de faire la différence devant 10 joueurs de Valence (2-0).

Après le Clasico remporté haut la main par le Barça, les deux ogres de la Liga ont repris leur duel à distance ce samedi lors de la 14e journée. Cela a débuté par un imbroglio sur le vrai-faux report d'un Osasuna-Barça qui a finalement eu lieu avec un succès 3-0 de Catalans à peine descendu du car. De son côté, le Real Madrid a longtemps peiné avant de faire la différence devant 10 joueurs de Valence (2-0). Difficile de se remettre dans le bain après un Clasico de haute voltige ? On a bien failli ne pas le savoir puisque la rencontre entre Osasuna et Barcelone a un temps été reportée en raison des grèves qui ont paralysé les aéroports, du moins c'est ce que le Barça a cru avant que la Fédération ne change d'avis en début d'après midi. Les Catalans ont donc dû changer leurs plans, prendre un train en milieu d'après midi pour Saragosse et pris le car peu avant 18 heures avec encore 181 kilomètres à faire ! Résultat, les Catalans ont débarqué à Pampelune à 20 heures pour un match finalement décalé à 20h45... Une après-midi de transport qui n'a finalement rien changé à la qualité du jeu du Barça qui a fait comme d'habitude, à savoir dominer, monopoliser la balle et faire la différence grâce à l'inévitable Leo Messi. Insatiable, l'Argentin a encore livré une grosse prestation face à Osasuna. Il s'est d'abord distingué avec une passe décisive pour Pedro (1-0, 38e) avant de s'y coller lui-même en battant d'abord de près Ricardo, le portier d'Osasuna, suite à une profondeur de Villa (2-0, 64e) puis en transformant un penalty pour une faute commise sur lui-même (3-0, 83e). Le Real s'en sort grâce à Ronaldo Pep Guardiola voulait savoir après ce match si son Barça était capable de viser le titre... Il ne s'attendait sans doute pas à un tel sprint avant le match. Ce large succès dans des conditions loin d'être idéales représente une vraie confirmation... Ce n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour le Real Madrid. La presse madrilène a fait ses gros titres « d'un cadeau de la Fédération » avec le prétendu report du match avant de gloser sur les éventuelles sanctions en cas de retard. Il n'y aura rien de tout cela et à la limite, cela importe peu à José Mourinho et son équipe totalement concentrés sur leur jeu et une volonté de se relancer après le coup d'arrêt du Camp Nou. A la surprise générale, « Mou » avait décidé de densifier son milieu de terrain avec un 4-3-3 qui a poussé Karim Benzema, que l'on imaginait titulaire en l'absence d'Higuain, sur le banc. Un match pas évident face à une très solide équipe de Valence. De fait, le Real a peiné, ils ont même longtemps buté sur un adversaire compact et efficace. Il aura fallu attendre l'heure de jeu et l'expulsion d'Albelda (65e), pour une main litigieuse synonyme de second carton jaune, pour que le match bascule. Et c'est par le biais de Cristiano Ronaldo que la lumière est venue. Le Portugais a en effet inscrit un doublé, d'abord suite à une passe d'Özil (1-0, 73e) puis sur un autre contre (2-0, 86e). Sans y mettre la manière, le Real a répondu présent. C'est bien l'essentiel.