Barça, es-tu là ?

  • A
  • A
Barça, es-tu là ?
Partagez sur :

Vainqueur du Final Four la saison dernière, Barcelone n'a pas vraiment convaincu lors de la phase régulière de cette édition 2010-11. Mais sa victoire contre le Maccabi Tel-Aviv (81-71), la semaine passée dans le Groupe F, a remis les pendules à l'heure. Un succès qui demande confirmation face à Ljubljana, jeudi soir, pour le compte de la 2e journée du Top 16 de l'Euroligue.

Vainqueur du Final Four la saison dernière, Barcelone n'a pas vraiment convaincu lors de la phase régulière de cette édition 2010-11. Mais sa victoire contre le Maccabi Tel-Aviv (81-71), la semaine passée dans le Groupe F, a remis les pendules à l'heure. Un succès qui demande confirmation face à Ljubljana, jeudi soir, pour le compte de la 2e journée du Top 16 de l'Euroligue. Et si Barcelone n'était plus aussi injouable ? C'est la question que se sont posé les observateurs à l'issue de la phase régulière de l'Euroligue. Abonné aux premières places, en témoigne le trône qu'il occupe encore en Liga ACB mais qu'il partage avec le Real Madrid, le Barça a bouclé le premier tour avec sept victoires contre trois défaites. Même Cholet, seul représentant français dans la compétition - éliminé depuis -, l'avait bousculé à la Meilleraie avant de craquer dans les dernières secondes (77-84). Avec notamment Sienne et le Fenerbahçe, le Groupe C était, il faut bien l'avouer, l'un des plus relevés. Mais ce début en demi-teinte des Blaugranas avait de quoi laisser songeur. Et la perspective d'un duel contre l'un des candidats au Final Four, le Maccabi Tel-Aviv, la semaine dernière lors de la première journée du Top 16, aurait pu creuser d'autres failles dans le collectif catalan, si bien huilé en 2009-10. Oui mais voilà, les joueurs de Xavi Pascual ont su remettre les pendules à l'heure (81-71) et ont envoyé un message fort à la concurrence. Un message que David Blatt, l'entraîneur de l'équipe israélienne, avait reçu avant même de mettre le pied sur le parquet. Pour lui, pas de doute: ce Barça est toujours aussi bon. "Je crois que les Barcelonais ont le plus d'ingrédients pour être champions, ce qu'ils sont déjà, avait-il déclaré avant la rencontre sur le site de l'Euroligue. Je parle de la qualité de leur effectif, de leur coaching, de leur capacité à conserver ce groupe de joueurs au fil des années et de leur caractère, leur tradition. Toutes ces raisons font qu'ils sont une grande équipe." Le match à venir contre Ljubljana, sorti deuxième de sa poule la tête haute derrière le Panathinaïkos, sera à nouveau un bon test pour cette équipe barcelonaise, victorieuse du Final Four avec brio l'été dernier. Un nouveau succès et toutes les mauvaises langues se tairont pour de bon. Si la star locale Juan Carlos Navarro, auteur de 24 points face au Maccabi, est au même niveau jeudi soir, et qu'il est aussi bien soutenu par Alan Anderson, dont l'arrivée en décembre a offert au Barça une arme de choix, il y a peu de chances pour que les Blaugranas rentrent bredouilles de leur voyage en Slovénie.