Banque Populaire, premier record

  • A
  • A
Banque Populaire, premier record
Partagez sur :

5 jours 14 heures 55 minutes et 10 secondes, c'est le nouveau temps de référence entre Ouessant et l'équateur. En basculant dans la nuit de dimanche à lundi, à 0h26'52" précisément, dans l'hémisphère Sud, Banque Populaire V, parti le mardi 22 novembre à l'assaut du Trophée Jules-Verne, a amélioré de 28 minutes et 1 seconde le précédent temps de référence, détenu par Groupama 3. Mais la route est encore longue...

5 jours 14 heures 55 minutes et 10 secondes, c'est le nouveau temps de référence entre Ouessant et l'équateur. En basculant dans la nuit de dimanche à lundi, à 0h26'52" précisément, dans l'hémisphère Sud, Banque Populaire V, parti le mardi 22 novembre à l'assaut du Trophée Jules-Verne, a amélioré de 28 minutes et 1 seconde le précédent temps de référence, détenu par Groupama 3. Mais la route est encore longue... "Ce qui est intéressant, c'est que le temps établi par Franck Cammas et sa bande ne détient pas les meilleurs partiels. On peut toujours tenter de les améliorer les uns après les autres, ce qui serait bon signe". Ainsi parlait Loïck Peyron lundi dernier au moment de quitter Brest pour se diriger vers la ligne de départ du Trophée Jules-Verne, à Ouessant. Une semaine plus tard, le skipper de Banque Populaire V est exaucé: il a déjà amélioré un premier temps de passage, puisque le maxi-trimaran, passé dans l'hémisphère Sud dimanche à 0h26'52", a battu le chrono de référence entre Ouessant et l'équateur en 5 jours 14 heures 55 minutes et 10 secondes. Soit 28 minutes et 1 seconde de moins que le temps mis par Groupama 3 le 11 novembre 2009 (Franck Cammas et ses hommes firent par la suite demi-tour à cause d'une avarie de bras de liaison), mais également un gain de 4h11'37" par rapport au tableau de marche du même Groupama 3 lors de son Jules-Verne victorieux entre janvier et mars 2010. Loïck Peyron et ses 13 hommes d'équipage améliorent enfin de 2h49'05" le temps réalisé l'année dernière sur le même bateau par l'équipage, quasiment identique à deux éléments près, de Pascal Bidégorry, qui dut renoncer par la suite à cause de la casse de sa dérive. Peyron, "un capitaine heureux" Bref, tous les voyants sont au vert à bord du maxi-trimaran et visiblement, la suite du programme n'est pas pour déplaire à Loïck Peyron qui, dimanche, indiquait: "Sur notre tableau de marche, on est comme il faut, là où il faut et on voit un Sud de plus en plus intéressant nous offrant un beau potentiel." En effet, l'anticyclone de Sainte-Hélène qui, traditionnellement, barre la route du Cap de Bonne-Espérance, obligeant les «tourdumondistes» à un détour par l'ouest le long des côtes brésiliennes, semble actuellement peu étendu et surtout peu actif, ce qui devrait permettre à Banque Populaire V de «couper le formage» au maximum, sans être trop ralenti dans les petits airs de l'Atlantique Sud. Après, il sera temps d'accrocher le train des dépressions du Grand Sud et de filer plein est à l'assaut de l'océan Indien, avec, si tout va bien, un nouveau temps de référence dans le viseur au passage du Cap des Aiguilles (soit la vraie entrée dans l'océan Indien, après Bonne-Espérance), actuellement détenu par Groupama 3 sur sa première tentative sur le Jules-Verne en 2008 en 13 jours 8 heures et 47 minutes. Mais inutile de mettre la charrue avant les boeufs, les précédents de Groupama 3 et Banque Populaire V, obligés d'interrompre leur tentative en 2009 et 2010, rappelant que ce type de record reste conditionné à la «santé» du bateau. De ce côté-là, tout va bien visiblement, Loïck Peyron ne tarissant pas d'éloges sur le potentiel du plus grand trimaran océanique du monde (40 mètres de coque centrale), mais également de son équipage: "Génial ! Fascinant. Le maxi a révélé un potentiel de vitesse incroyable depuis notre départ de Brest. Un Pot au Noir pas facile mais un équipage hyper rôdé qui connaît très bien son bateau, un collectif d'hommes tout aussi fabuleux que cette belle aventure ! Je suis un capitaine heureux vraiment. C'est fou, on vit dans une période d'évolution technologique et mécanique fantastique. Nous n'avons aucun problème mécanique à déclarer, quelques détails, mais rien de grave." Pourvu que ça dure...