Banide, pompier offensif

  • A
  • A
Banide, pompier offensif
Partagez sur :

Le Monaco nouveau prend son envol samedi à Auxerre lors de la 21e journée. Laurent Banide, qui a pris la succession d'un Guy Lacombe sacrifié après le revers encaissé en Coupe de France à Chambéry, souhaite mettre en place un jeu offensif afin d'enfin décoller au classement. Il devrait relancer des joueurs comme Alonso et MBokani. Mais c'est avant tout un souci de cohérence de confiance qu'il va devoir résoudre.

Le Monaco nouveau va prendre son envol samedi à Auxerre lors de la 21e journée. Laurent Banide, qui a pris la succession d'un Guy Lacombe sacrifié après le revers encaissé en Coupe de France à Chambéry, souhaite mettre en place un jeu offensif afin d'enfin décoller au classement. Il devrait relancer des joueurs comme Alonso et MBokani. Mais c'est avant tout un souci de cohérence de confiance qu'il va devoir résoudre. Un retour aux sources. Laurent Banide, qui reprend les rênes de l'AS Monaco en cours de saison, cela offre même un air de déjà-vu puisqu'il avait sauvé l'ASM en 2006 en prenant la suite de Bölöni pour faire passer l'équipe de la 19e à la 9e place. C'est en partie ce qui a convaincu les dirigeants de le contacter, lui qui était libre après avoir notamment connu des expériences au Qatar, au Koweit ou encore à Abu Dhabi. Banide, parti fâché, a tourné la page: "Quand je reviens dans mon club, ce n'est pas être pompier mais avoir la reconnaissance du ventre, je sais d'où je viens, à qui je le dois et je me faisais un devoir de revenir pour apporter le maximum de mon potentiel." Laurent Banide va dans un premier temps s'atteler à faire un état des lieux et rencontrer ses joueurs un à un pendant la mini-trêve liée aux 16e de finale de la Coupe de France le week-end du 22-23 janvier. Il a tout de même l'avantage de ne pas partir dans l'inconnu: "C'est toujours un plaisir de retrouver les joueurs qu'on a formés. On va essayer de retrouver une bonne dynamique, l'avantage c'est que nous nous connaissons bien, on va gagner du temps", glissai-t-il, mardi. Une bonne nouvelle dans un océan de doutes... Dans un premier temps, Banide a ouvert les portes du groupe à Alejandro Alonso, que l'on annonçait à Arles-Avignon ou Saint-Etienne, ainsi qu'à Dieumerci MBokani, acheté 7 millions d'euros au Standard Liège mais qui ne s'est pas imposé et pourrait partir à Hoffenheim. Des points, vite ! Une connaissance du groupe qui n'empêche pas une analyse complète. Tout n'est pas tout nouveau tout beau sur tous les plans. Si le club est 17e au classement de Ligue 1 et éliminé de la Coupe de France et de la Coupe de la Ligue, ce n'est pas pour rien. "J'ai senti une volonté de bien faire, de se racheter. Un entraîneur est parti mais le groupe est aussi responsable ! Tout le monde a mangé, mais un seul a payé l'addition, c'est important que chacun prenne ses responsabilités", a reconnu Banide sur le site officiel du club. Des joueurs qui vont devoir prendre leurs responsabilités et entrer dans un nouveau moule avec pour idée première: l'attaque ! "C'est une équipe en manque de confiance qui a accumulé les matches nuls et qui doit rapidement retrouver le chemin des buts et le plaisir", continue un Laurent Banide qui devrait opter pour un schéma en 4-2-3-1 samedi à l'Abbé-Deschamps. "Je pars sur mes idées et j'avance. C'est-à-dire apporter à la solidité défensive un jeu collectif fluide, avoir plus d'occasions dans le match et prendre du plaisir à jouer ensemble. Il faut du temps pour mettre ça en place, nous n'en avons pas tellement, mais on va essayer de trouver une parade", conclut le technicien monégasque, conscient que la marge de manoeuvre est étroite. Monaco part à la chasse aux points, une nécessité absolue qui passe avant tout. Y compris avant le beau jeu...