Balotelli, joue-la comme Messi

  • A
  • A
Balotelli, joue-la comme Messi
Partagez sur :

S'il estime que seul Lionel Messi est "un petit peu plus fort" que lui, l'inclassable attaquant de Manchester City Mario Balotelli, fraîchement sacré meilleur jeune évoluant en Europe mais recadré par Roberto Mancini après ses déclarations, devrait débuter sur le banc à Newcastle lors du Boxing Day, dimanche à partir de 16h. Pas de quoi entamer la confiance de l'ancien Intériste, qui rêve surtout de l'AC Milan...

S'il estime que seul Lionel Messi est "un petit peu plus fort" que lui, l'inclassable attaquant de Manchester City Mario Balotelli, fraîchement sacré meilleur jeune évoluant en Europe mais recadré par Roberto Mancini après ses déclarations, devrait débuter sur le banc à Newcastle lors du Boxing Day, dimanche à partir de 16h. Pas de quoi entamer la confiance de l'ancien Intériste, qui rêve surtout de l'AC Milan... Il ne manque jamais une occasion de faire parler de lui. Et s'il y a autre chose dont Mario Balotelli ne manque pas, c'est bien d'une indéfectible confiance en lui, qui passe souvent pour de l'arrogance. Le néo-international italien n'a pourtant fait étalage de son talent que par bribes depuis son arrivée chez les richissimes Citizens cet été, avec plus de cartons que de buts en sept matches de Premier League (3 cartons jaune et un rouge pour deux buts, ndlr). Suffisamment toutefois pour lui permettre de rafler le titre de meilleur joueur de 21 ans évoluant en Europe, un titre décerné par Tuttosport. Une étape, à croire celui qui a débarqué dans le Nord-Ouest de l'Angleterre pour près de 30 millions d'euros. "Je veux être le meilleur joueur du monde, a-t-il confié sans ambages au quotidien transalpin. C'est bien d'avoir de l'ambition. J'ai déjà dit par le passé que je me fichais de ce que les gens veulent ou attendent de moi, car je sais ce que je veux." Une volonté qu'il n'hésite donc pas le moins du monde à afficher ostensiblement, au point de parfois sombrer dans l'outrance, comme lorsqu'il évoque les précédents vainqueur de ce trophée (Rooney, Fabregas, Van der Vaart...): "Il n'y a qu'un seul joueur qui est un petit peu plus fort que moi - Messi. Tous les autres sont derrière moi." Mancini: "S'il pense vraiment ce qu'il dit, il doit le montrer à chaque match" Mais le garçon, parfois capable sur le terrain d'incroyables fulgurances et buteur à trois reprises en Ligue Europa, ne s'est pas arrêté là, déclarant ensuite n'avoir jamais entendu parler de son dauphin au classement du Golden Boy 2010, le petit prodige d'Arsenal Jack Wilshere. Pas rancunier, ce dernier a salué la victoire de Balotelli, au contraire de son coéquipier Cesc Fabregas. "Ne t'inquiètes pas, Jack, écrit l'Espagnol sur son compte twitter. Nous savons qui tu es et c'est ce qui compte le plus." Différentes et énièmes sorties remarquées du jeune Italien qui ont amené son entraîneur et compatriote à recadrer quelque peu la situation. "S'il pense vraiment ce qu'il dit, il doit le montrer à chaque match, estime Roberto Mancini, qui attend plus d'un attaquant qu'il avait lancé à l'Inter en 2007. La Premier League est tellement différente du championnat italien... Mario doit le comprendre et s'améliorer encore. Ça dépend de lui..." Un discours qui devrait être accompagné par une place sur le banc des remplaçants, dimanche à Saint-James Park, face à Newcastle. Manchester City, meilleure équipe de Premier League à l'extérieur, a tout intérêt à remporter ce match du Boxing Day entre les deux équipes les plus averties du championnat et lors duquel un certain Nigel de Jong, de retour de suspension, ne dépareillera pas. Ne serait-ce que pour effacer le revers concédé à domicile qui l'a empêché de prendre la tête face à Everton, lundi dernier (1-2). Avec ou sans Balotelli donc, lui qui rêve surtout de "porter le maillot de l'AC Milan". Une polémique de plus pour le joueur formé chez le voisin milanais qui se montre toutefois sous un autre jour à l'heure d'aborder son pays, et en particulier ces médias qu'il pourrait retrouver s'il revient en Lombardie. "Je préférerais les voir débattre du problème du racisme (dont il a régulièrement été victime sur les terrains de Serie A, ndlr) que de mes petites amies." Tout sauf insensé...