Ballon d'Or, les Bleus à la traîne

FOOTBALL - Il n'y a pas de Français dans le top 10 du Ballon d'Or 2009. Le nom du vainqueur sera révélé dans la nuit de lundi à mardi.

<b>Alors que France Football a révélé les noms des dix meilleurs joueurs nominés pour le 54e Ballon d'Or, aucun Français ne figure dans le top 10 pour la troisième année de suite. Ainsi Thierry Henry est classé 15e, tandis que Yoann Gourcuff est 20e. Un classement qui reflète le niveau actuel de l'équipe de France. Le nom du vainqueur sera quant à lui révélé dans la nuit de lundi à mardi.</b>C'est dans la nuit de lundi à mardi, à 2 heures du matin précises (!) que sera dévoilée l'identité du récipiendaire du 54e Ballon d'Or. A vrai dire, et comme souvent lorsque vient l'heure des récompenses, de suspense, il n'y a a point, puisque c'est Lionel Messi, vainqueur de la Ligue des champions avec le Barça (et buteur en finale), mais également champion d'Espagne et auteur de 23 réalisations en Liga en 2008-09, qui succèdera au palmarès de la plus prestigieuse des distinctions individuelles à Cristiano Ronaldo, son adversaire malheureux en finale de cette Ligue des champions 2008-09. Une récompense logique, tant le petit Argentin formé au Barça aura été étincelant cette saison sur les terrains espagnols et européens, même si on pourra toujours mettre un petit bémol en ce qui concerne ses performances avec l'Argentine, d'où, sans doute, les difficultés rencontrées par l'Albiceleste pour se qualifier pour la Coupe du monde 2010.Lionel Messi figure en tout cas dans la liste des dix derniers candidats en lice communiquée dimanche par le bihebdomadaire, une liste qui confirme que, ces derniers temps, il vaut mieux évoluer en Angleterre ou en Espagne pour avoir des chances d'être consacré meilleur joueur de l'année. Sur les dix premiers de ce classement 2009, sept évoluent ou ont évolué sur l'année civile en Liga (Messi, Ronaldo, Ibrahimovic, Kaka, Iniesta, Eto'o et Xavi), quatre en Angleterre (Drogba, Gerrard, Rooney et Ronaldo, passé de Manchester United au Real), l'Italie ramassant quelques miettes avec Ibrahimovic et Eto'o, qui se sont croisés l'été dernier, et Kaka, qui a joué à l'AC Milan avant de rejoindre le Real. Pas vraiment une surprise dans la mesure où la Liga et la Premier League sont les deux championnats les plus suivis dans le monde, donc les plus fortunés et une vraie poule aux oeufs d'or pour les meilleurs joueurs de la planète, désormais moins attirés par la Serie A qui a cependant eu son heure de gloire avec les Ballon d'Or décernés ces dernières années à Kaka (2007), Cannavaro (2006, l'Italien ayant quitté la Juve pour le Real au cours de l'été 2006), Shevchenko (2004), Nedved (2003) et... Zidane (1998).<b>Zidane, dernier Français élu</b>Un Zidane qui est le quatrième (après Kopa, Platini trois fois et Papin) et dernier Français à avoir été sacré meilleur joueur évoluant en Europe, aucun Tricolore n'étant, depuis, parvenu à emporter l'adhésion des jurés, journalistes spécialisés du Vieux continent. Onze ans de vide pour les représentants français et surtout la troisième fois de suite qu'aucun d'entre eux ne figure dans ce Top 10. Car si, depuis son élection, l'ancien joueur de la Juve (2e, en 2000, 4e en 2002, 5e en 2006) mais surtout Thierry Henry (4e en 2000, 2e en 2003, 4e en 2004 et 2005, 3e en 2006) ont assuré une bonne place au football de l'Hexagone, ce dernier est en nette perte de vitesse depuis trois ans: Franck Ribéry a ainsi été le premier Français classé en 2007 et 2008, mais seulement 17e et 16e, tandis que dans le classement de 2009, Thierry Henry figure au 15e rang, Yoann Gourcuff au 20e. Un classement qui reflète finalement assez bien le niveau réel du football tricolore dans le monde aujourd'hui: si le joueur «made in France» continue de bénéficier d'une bonne cote dans les grands championnats européens, aucun ne peut aujourd'hui prétendre rivaliser en Europe avec les véritables stars du ballon rond que sont Messi, Ibrahimovic, Rooney, Gerard, Drogba et autres... Pas étonnant dans ce contexte que l'équipe de France ait éprouvé autant de difficultés à se qualifier pour la Coupe du monde, elle qui occupe pourtant une flatteuse 7e place au classement Fifa, ce qui lui permettra d'être tête de série vendredi lors du tirage au sort de la Coupe du monde. Faut-il s'en inquiéter ? A la Direction technique nationale de se pencher sur le problème...