Baala peine perdue

  • A
  • A
Baala peine perdue
Partagez sur :

Mehdi Baala n'y croyait pas lui-même, le dénouement de la finale du 1 500m des Mondiaux de Daegu lui a donné raison. Samedi sur la piste coréenne, le Français est parti de trop loin pour prétendre à l'exploit, neuvième d'une course aisément remportée par le Kényan Asbel Kiprop en 3'35"69. Un échec couru d'avance.

Mehdi Baala n'y croyait pas lui-même, le dénouement de la finale du 1 500m des Mondiaux de Daegu lui a donné raison. Samedi sur la piste coréenne, le Français est parti de trop loin pour prétendre à l'exploit, neuvième d'une course aisément remportée par le Kényan Asbel Kiprop en 3'35"69. Un échec couru d'avance. "Monter sur la boite, c'est presque impossible. Mehdi Baala lui-même ne se faisait pas d'illusion. D'aucun avait vu en lui un espoir de médaille tricolore - la troisième de ces Championnats du monde de Daegu après le bronze décroché par Renaud Lavillenie et Mahiedine Mekhissi-Benabbad - c'est finalement et logiquement Christophe Lemaitre, sur 200m, qui s'est chargé de grossir la moisson bronzée des Français en Corée du Sud. Baala, lui, n'a même pas pu prétendre aux places d'honneur. Pris à son propre piège dans une finale courue sur un tempo modeste et globalement trop attentiste, Mehdi Baala n'a pas vu venir l'accélération ultime des Kényans Asbel Kiprop et Silas Kiplagat, champion et vice-champion du monde en 3'35"69 et 3'35"92 à l'arrivée. En queue de peloton toute la course durant, le Français avait tablé sur un grand rush final pour refaire son retard. Tout juste a-t-il terminé neuvième, en 3'37"46. Un temps indigne du médaillé d'argent mondial qu'il fut à Paris en 2003. Mehdi Baala le sait, ces exploits sur la piste sont assurément derrière lui à l'heure qu'il est. Sa présence en finale du 1 500m de Daegu ce samedi tient d'ailleurs du miracle. Blessé au printemps dernier, alerté encore par ses ischios avant de rallier la Corée du Sud, l'intéressé a signé les minima sur le fil et aurait pu écoper d'une suspension après son altercation avec Mahiedine Mekhissi-Benabbad au meeting de Monaco. Victime d'une chute en série et repêché sur réclamation, le protégé de Jean-Michel Dirringer a ensuite eu la chance de tomber dans la demie la plus lente de l'histoire des Mondiaux d'athlétisme... Septième à Berlin il y a deux ans, le médaillé de bronze des Jeux de Pékin semble plus que jamais sur le déclin. 100m haies: Phénoménale Pearson Créditée d'un temps canon en demie (12"36), Sally Pearson a encore repoussé ses limites en finale du 100m haies des Mondiaux de Daegu. Victorieuse en 12"28, l'Australienne a évidemment rabaissé son record d'Océanie, tout en s'offrant la quatrième performance de tous les temps. Jamais une hurdleuse n'avait couru aussi vite depuis l'été 1992. Les Américaines Danielle Carruthers (12"47) et Dawn Harper (12"47) prennent l'argent et le bronze, battant toutes deux leur record personnel. Hauteur (D): Chicherova en or Détentrice de la meilleure performance de l'année, la Russe Anna Chicherova a été sacrée samedi à Daegu championne du monde de la hauteur avec une barre franchie du premier coup à 2,03 m. La Croate Blanka Vlasic, qui a effacé cette hauteur à son deuxième essai, prend la médaille d'argent. Le bronze revient à l'Italienne Antonietta di Martino (2 m). Javelot (M): Thorkildsen déchu Le Norvégien Andreas Thorkildsen, champion du monde en titre, est tombé ce samedi à Daegu. L'Allemand Matthias de Zordo règne désormais sur le javelot mondial, grâce à un jet mesuré à 86,27m, contre 84,78m pour son rival scandinave. Le Cubain Guillermo Martinez complète le podium avec un lancer à 84,30m. 4x400m (D): Les Etats-Unis au rendez-vous Le relais 4x400m des Mondiaux de Daegu est logiquement tombé dans l'escarcelle des Etats-Unis, samedi. Sanya Richards, Allyson Felix, Jessica Beard et Francena McCorory ont cueilli l'or en 3'18"09, soit la meilleure performance mondiale de l'année, devançant une Jamaïque (Rosemarie Whyte, Davita Prendergast, Novlene Williams-Mills, Shericka Williams) flashée en 3'18"71. La Russie (Antonina Krivoshapka, Natalya Antyukh, Lyudmila Litvinova, Anastasiya Kapachinskaya) prend le bronze en 3'19"36.