Ayglon: "Nous mettre à l'abri"

  • A
  • A
Ayglon: "Nous mettre à l'abri"
Partagez sur :

Après un Euro un poil décevant, l'équipe de France se lance désormais vers le prochain Mondial au Brésil (3 au 16 décembre 2011). Pour décrocher sa qualification, les Bleues doivent toutefois battre la Slovénie, en match aller-retour. Après une semaine de stage à Capbreton pour peaufiner le jeu offensif, les partenaires de Camille Ayglon abordent le match aller, dimanche à Pau, avec confiance.

Après un Euro un poil décevant, l'équipe de France se lance désormais vers le prochain Mondial au Brésil (3 au 16 décembre 2011). Pour décrocher sa qualification, les Bleues doivent toutefois battre la Slovénie, en match aller-retour. Après une semaine de stage à Capbreton pour peaufiner le jeu offensif, les partenaires de Camille Ayglon abordent le match aller, dimanche à Pau, avec confiance. Camille, comment s'est passée cette semaine de stage ? Ça s'est très bien passé. On a eu de super conditions à Capbreton. On s'est retrouvées, on avait besoin de travailler pour ce match face à la Slovénie, mais surtout sur le moyen terme et ce Mondial au Brésil en décembre prochain. On a repris le travail de fond sur notre jeu, et ce fut une belle semaine de travail. Un travail sur votre jeu offensif ? Oui. Notre point fort c'est la défense, on essaie donc de travailler nos lacunes sur attaque placée. Vous avez remporté le Tournoi des 4 nations en avril dernier, en êtes-vous ressorties avec plus de certitudes qu'après le dernier Euro ? Non. Il n'y a pas spécialement plus de certitudes. C'était un bon premier tournoi. On avait déjà entamé certains changements sur attaque placée, on a vu que ça pouvait donner une bonne évolution à notre jeu. Ça nous a aidées à avancer sur ce chantier offensif. On va dire que ça nous encourage à travailler et tirer dans cette direction. Un mot sur la Slovénie, que vous avez battu à l'Euro (29-19)... On les a joué à l'Euro, donc on les connaît. Mais il ne faut pas trop se fier au score non plus. On ne doit pas prendre ce match à la légère. On est favoris avant le match, mais sur un match aller-retour, elles vont jouer leur match à fond. Il va falloir faire la différence sur ce premier match. Si on avait quelques buts d'avance avant le retour en Slovénie, ça serait un bel avantage. Est-ce une crainte de jouer le retour là-bas, en Slovénie ? On préfère toujours avoir le retour à domicile mais c'est à nous de nous mettre à l'abri au match aller. On a déjà commencé à travailler la vidéo sur cette équipe, et on connaît un peu leur effectif. Je connais notamment leur joueuse principale, qui joue dans mon club à Nîmes (Nina Jericek, ndlr). Il y en a d'autres qui jouent en Ligue de champions. On va tout faire pour préparer ce match du mieux possible.