Ayew, au nom du père

  • A
  • A
Ayew, au nom du père
Partagez sur :

Alors que l'Olympique de Marseille dispute son match le plus important depuis le début de la saison, mardi, face au Spartak Moscou, Didier Deschamps peut compter sur l'homme en forme du moment, André Ayew. Le Ghanéen, buteur décisif samedi, tentera de récidiver pour ce match de Ligue des champions, et ainsi imiter son célèbre papa, Abedi Pelé, qui a souvent réussi en Russie.

Alors que l'Olympique de Marseille dispute son match le plus important depuis le début de la saison, mardi, face au Spartak Moscou, Didier Deschamps peut compter sur l'homme en forme du moment, André Ayew. Le Ghanéen, buteur décisif samedi, tentera de récidiver pour ce match de Ligue des champions, et ainsi imiter son célèbre papa, Abedi Pelé, qui a souvent réussi en Russie. Je règle mon pas sur le pas de mon père. A l'heure d'affronter le Spartak, pour un match décisif en vue des huitièmes de Ligue des champions, André Ayew ferait bien de suivre la maxime rendue célèbre par Guillaume Canet et Jean Yanne pour aider l'OM à aller décrocher sa qualification. Buteur décisif samedi à Toulouse (0-1), le Ghanéen peut en effet aller rendre visite à son papa, qui pourra toujours lui prodiguer quelques précieux conseils sur la meilleure façon de désosser une équipe russe. Le 10 avril 1991, Abedi Pelé avait en effet ouvert la marque lors de la demi-finale aller de Ligue des champions face à ce même Spartak. Après leur succès en terre russe (3-1), les Marseillais avaient ensuite décroché leur qualification pour la finale, avec un nouveau but du meilleur joueur africain de l'époque (2-1). Deux ans plus tard, le père d'André et Jordan remettait ça avec notamment un but inscrit face à un autre club de Moscou, en phase de poules, le CSKA. Nominé pour le Ballon d'Or africain Si prédire un parcours similaire à l'Olympique de Marseille cuvée 2010-2011 apparaît pour le moment un peu osé, la qualification pour les huitièmes de finale passe par une belle performance sur la pelouse synthétique du glacial stade Loujniki. Et Didier Deschamps devrait s'appuyer sur André Ayew pour influer une belle dynamique à son collectif. Co-meilleur buteur du club avec Lucho (6 buts), le gaucher est en effet qualifié "d'homme en forme" par un coach, ancien coéquipier de papa, qui l'a rapidement installé dans le costume de titulaire. Tout d'abord placé à gauche du front offensif olympien, l'ancien pensionnaire du centre de formation est ensuite descendu d'un cran, pour évoluer au poste de milieu relayeur dans l'axe, un poste qu'il affectionne. "C'est une position que j'aime beaucoup, qui me permet de toucher beaucoup de ballons, de dribbler et de transmettre", nous confiait d'ailleurs le joueur, après son match face à Zilina. Il devrait toutefois être réinstallé au poste de milieu offensif face à Moscou. Une position qui lui permet de se montrer beaucoup plus décisif selon son coach, cité par le site officiel de l'OM. "Il coupe bien les trajectoires et a très bon état d'esprit", explique ainsi Deschamps, à propos d'un joueur qui ne rechigne jamais à l'effort. Et si jamais il venait à marquer un but décisif, il pourrait alors continuer à marcher sur les traces de son père. Ce dernier, triple Ballon d'Or africain en 1991, 1992 et 1993, a d'ores et déjà pu voir le fiston apparaître sur la liste des 10 finalistes du millésime 2010. La descendance est assurée.