Avec qui en Lituanie ?

  • A
  • A
Avec qui en Lituanie ?
Partagez sur :

Le tirage au sort de l'Euro 2011, qui a réservé aux Bleus un début de compétition épicé, va obliger Vincent Collet à rassembler tous les joueurs majeurs dans l'optique d'une qualification pour les Jeux Olympiques de Londres. Si Parker, Diaw et Batum devraient être présents en Lituanie (31 août-18 septembre), Beaubois risque de manquer à l'appel. Et Noah ?

Le tirage au sort de l'Euro 2011, qui a réservé aux Bleus un début de compétition épicé, va obliger Vincent Collet à rassembler tous les joueurs majeurs dans l'optique d'une qualification pour les Jeux Olympiques de Londres. Si Parker, Diaw et Batum devraient être présents en Lituanie (31 août-18 septembre), Beaubois risque de manquer à l'appel. Et Noah ? Serbie, Allemagne, Israël, Italie, Lettonie. Le nom des adversaires de l'équipe de France au premier tour du Championnat d'Europe en Lituanie, du 31 août au 18 septembre prochains, fait froid dans le dos. Mais c'est davantage ce qui attend les Bleus au deuxième tour, dans un groupe où l'Espagne, la Turquie et Lituanie feront figures d'épouvantails, qui les congèle sur place. "On ne pouvait pas faire pire", a d'ailleurs réagi dimanche soir, après le tirage au sort effectué à Vilnius, un Vincent Collet plutôt contrarié d'avoir tiré le gros lot dans les chapeaux 4, 5 et 6. Cette densité des groupes A et B contraint les Bleus à un degré d'exigence et à un niveau de performance sans précédent. Car s'ils veulent se qualifier pour les Jeux Olympiques 2012, "même de manière indirecte" dixit le sélectionneur national, ils doivent se faire une place parmi les six meilleures équipes de cet Euro 2011. Donc franchir les quarts de finale. La qualité de l'effectif qu'emmènera Vincent Collet à Šiauliai, où les Tricolores siègeront la première semaine, sera aussi importante que la quantité. Des joueurs, oui, mais que des bons. Si possible les plus performants. A sept mois du début de la compétition, tous les regards sont donc tournés vers la NBA, où un vaste contingent de joueurs français s'épanouit - ou pas. Absents l'été dernier lors du Mondial, Tony Parker et Ronny Turiaf seront normalement débarrassés de leurs ennuis contractuels et devraient donc rejoindre Nicolas Batum et Boris Diaw, qui eux avaient pris la peine de faire le voyage en Turquie. Se rendre à Londres, l'an prochain, est sans doute la dernière chance de la "génération Parker" de participer aux Jeux et tous ont conscience de l'importance de l'échéance balte. "La profondeur de banc va être importante parce qu'en plus, il n'y aura pas un jour de repos, explique ainsi Vincent Collet. On essaiera d'avoir un maximum de joueurs forts." Parker: "Ce serait vraiment bien que Noah vienne...""Mais ce que ça peut vouloir dire, c'est que dans le coaching, dans l'utilisation des uns et des autres, on aura besoin de tous les joueurs mais peut-être pas toujours", reprend-il. Si tous les éléments de la NBA répondent présent, ils devront donc partager le temps de jeu et les responsabilités pour tenir le coup sur la durée. A la mène, Tony Parker risque de ne pas pouvoir tourner avec Rodrigue Beaubois en doublure, le propriétaire des Dallas Mavericks Mark Cuban ayant clairement indiqué qu'il ne laisserait pas l'ancien Choletais, toujours blessé au pied gauche, à la disposition des Bleus. Nando De Colo, auteur d'une belle saison à Valence, pourrait donc être le back-up de "T.P.". Plus gestionnaire, Antoine Diot aurait aussi sa place en sélection, malgré des prestations en demi-teinte avec Le Mans. Et Mickaël Pietrus à l'arrière ? Ça reste une inconnue. L'autre, c'est l'éternel point d'interrogation: Joakim Noah. "Sa présence peut changer beaucoup de choses, rappelle Tony Parker sur son site. Il faut un pivot dominant pour briller dans les compétitions européennes. Ce serait vraiment bien qu'il vienne..." L'intérieur de Chicago Bulls a plusieurs fois répété, ces derniers mois, qu'il souhaitait revenir en équipe de France après un premier passage lors de la préparation de l'Euro 2009. Vincent Collet se fie à ça et espère: "Vous avez sans doute lu comme moi ces dernières déclarations et elles vont dans le bon sens. Je vais le rencontrer bientôt, et on essaiera d'aller plus loin. On attend ça avec impatience. Le fait qu'il a récemment dit qu'il voulait venir en équipe de France, c'est forcément positif. J'ai toutes les raisons de le croire." La réussite des Bleus en dépend. Avec un axe meneur-pivot fort, l'équipe de France aurait une tout autre allure que celle affichée lors du dernier Championnat du monde. C'est une évidence. "Mais on ne peut pas avoir de certitudes à cette période de la saison, c'est encore trop tôt, tempère le coach tricolore, qui a prévu une grosse préparation de près de deux mois avant l'Euro 2011. Et puis, il y a tous les aspects de blessure qui peuvent intervenir. On ne peut pas le négliger même si on est plutôt confiants pour la plupart." Voir les Jeux ou mourir, tel est le défi des Bleus cette année. Même si Tony Parker dédramatise le challenge qui les attend: "On parle de dernière chance pour notre génération de disputer les Jeux Olympiques. On a tendance à nous enterrer un peu vite ! En 2015, lors de l'Euro qualificatif pour les JO à Rio, j'aurai 33 ans. On peut encore jouer au basket à cet âge ! (Rires). En tout cas, notre souhait est de nous présenter au complet en septembre prochain." C'est dit.