Avec Manaudou, "il faut être patient"

  • A
  • A
Avec Manaudou, "il faut être patient"
Partagez sur :

En contacts avec Laure Manaudou, dont le retour à l'entraînement après un an d'absence se prolonge à Auburn, aux Etats-Unis, le DTN Christian Donzé calme le jeu et réclame de la "sérénité" autour de la championne olympique, pour laquelle les portes de l'équipe de France ne s'ouvriront au mieux qu'en septembre 2011.

En contacts avec Laure Manaudou, dont le retour à l'entraînement après un an d'absence se prolonge à Auburn, aux Etats-Unis, le DTN Christian Donzé calme le jeu et réclame de la "sérénité" autour de la championne olympique, pour laquelle les portes de l'équipe de France ne s'ouvriront au mieux qu'en septembre 2011. Invité à évoquer mardi, lors de la conférence de presse de rentrée de la nouvelle saison de l'équipe de France, les dernières nouvelles prises auprès de Laure Manaudou, le directeur technique de la Fédération française de natation, Christian Donzé, a souligné que la nageuse française, qui poursuit sa reprise de l'entraînement à Auburn, aux Etats-Unis, sous les ordres de Brett Hawke et au côté de son compagnon Fred Bousquet, progressait "de semaine en semaine". "Laure Manaudou va très très bien. Elle reprend goût de plus en plus. Elle commence à s'affiner. On ne va pas dire qu'elle progresse de jour en jour, mais de semaine en semaine." Presque trois mois après son retour assidu dans les bassins, motivé par une hypothétique reprise de la compétition à l'été 2011 - avertie comme l'y oblige le règlement par courrier de son intention, la Fina n'autorisera pas son retour avant le 5 juillet prochain - le DTN se refuse à dévoiler le moindre détail sur la réalité exacte des charges d'entraînement auxquelles se soumet la championne olympique. Et réclame surtout de la sérénité autour de l'ex-reine de la natation française pour laquelle le chemin de cette éventuelle reconquête sportive est tout sauf gagné d'avance. "Elle n'a pas arrêté après les Jeux de Pékin, met en garde Donzé. Elle a arrêté après les Mondiaux de Melbourne en 2007. Elle a pu faire les Championnats d'Europe à Eindhoven (printemps 2008) puis (les JO de) Pékin sur ses acquis, qui étaient énormes, et surtout sur son talent, qui est extraordinaire. Maintenant, ce sont 3 ans d'arrêt. Je n'y crois pas plus aujourd'hui qu'avant... Il faut lui laisser du temps, quel que soit le talent, dans sa préparation procéder par étapes et faire un point après trois mois de travail, en décembre". Pas de passe-droit Au moment où la FFN déplore le manque de retombées après la moisson historique de Budapest, le pouvoir d'attraction de Manaudou reste intacte et pourtant pas question d'offrir à l'intéressée un quelconque passe-droit en vue d'un éventuel retour en équipe de France. "Nous sommes tombés d'accord sur ce point: il faut être patient, persiste Donzé. L'équipe de France, ça se mérite quelque soit le statut des uns ou des autres. Dans ce cadre-là, il faut donner envie aux athlètes de faire partie de l'équipe de France, ça se gagne, ça se mérite". Un retour prématuré ne serait pas sans risque pour la belle unité des Bleus. "Pourquoi Laure Manaudou, si Alena Popchanka venait à exprimer son désir de revenir ? On perd un peu de sens... Elle connaît le moment où elle peut refaire partie du collectif sans faire partie de l'équipe de France, ce sera à l'issue de la saison 2010-2011. Mais il me paraît plus important pour elle d'avoir des objectifs et envie d'atteindre ces objectifs-là." Un éventuel retour dans le giron tricolore pas avant septembre 2011 et avec des objectifs qui sont tout sauf a minima: "Laure, c'est un talent extraordinaire, mais il ne faut pas qu'elle renage à son niveau, mais bien plus vite y compris au niveau français pour revenir en équipe de France. Donc laissons lui du temps, patience, et plus on sera patients, plus elle sera performante."