Aulas-Puel, ça chauffe !

  • A
  • A
Aulas-Puel, ça chauffe !
Partagez sur :

Alors que l'OL réalise un début de saison prometteur en L1 en demeurant la seule équipe invaincue après cinq journées, ses débuts en Ligue des champions mercredi contre l'Ajax Amsterdam sont quelque peu éclipsés par le nouvel épisode du litige opposant son président Jean-Michel Aulas, à son ancien entraîneur général, Claude Puel. A 48 heures d'une audience aux prud'hommes, les petites piques et phrases assassines se multiplient...

Alors que l'OL réalise un début de saison prometteur en L1 en demeurant la seule équipe invaincue après cinq journées, ses débuts en Ligue des champions mercredi contre l'Ajax Amsterdam sont quelque peu éclipsés par le nouvel épisode du litige opposant son président Jean-Michel Aulas, à son ancien entraîneur général, Claude Puel. A 48 heures d'une audience aux prud'hommes, les petites piques et phrases assassines se multiplient... N'en jetez plus ! Si l'OL comptait enfin retrouver un peu de sérénité dans la lignée de son début de saison, c'est (presque) raté ! Et si de nombreux regards seront fixés sur l'Amsterdam Arena ce mercredi pour les débuts des Rhodaniens dans leur poule de Ligue des champions, les services financiers et juridiques à Tola-Vologe se préparent à une toute autre joute. Jeudi, à moins qu'un rebondissement de dernière minute n'intervienne, le conseil des prud'hommes devrait en effet statuer sur le litige opposant le club à Claude Puel, limogé en fin de saison dernière. L'ancien entraîneur général de l'OL, un poste aux prérogatives plus élargies que celles de ses prédécesseurs et de son successeur Rémi Garde, réclame plusieurs millions d'euros (on parle de 5 à 7 millions), soit la somme correspondant à sa dernière année de contrat, à laquelle s'associent primes et indemnités de licenciement. Dimanche, l'ancien capitaine et coach de l'AS Monaco s'en expliquait dans un entretien accordé au Journal du Dimanche et tenu dans la brasserie d'Eric Abidal... à Lyon ! Longuement, Puel évoque une dernière saison délicate avec un statut de "bouc émissaire", un climat qu'il compare visiblement avec rancoeur aux débuts de Rémi Garde. "Il y avait un environnement négatif, en interne comme en externe. Même en tête avec sept points d'avance, j'ai toujours eu des articles négatifs. Aujourd'hui, c'est tapis rouge. Il y a moins d'attentes. Il n'y a pas de parasites ni de fuites qui alimentent un feuilleton. Tout le monde tire dans le même sens." Le tout en évacuant tout sentiment d'échec: "Dans un environnement hostile, c'est très costaud d'avoir toujours accroché le podium. C'est vrai, il manque un titre. On l'aurait eu si, à tous les niveaux du club, on avait fait preuve de solidité. Mais on ne parlait pas d'une même voix. Les matches, on ne les perdait pas sur le terrain, mais dans les vestiaires. Les joueurs étaient usés. J'ai mes responsabilités mais il ne faut pas exagérer." Aulas: "Je pense à sa famille..." Visiblement marqué, Puel réfute toute idée de soutien de Jean-Michel Aulas, qui l'a pourtant longtemps protégé. "Rassembler les joueurs et leur demander ce qu'ils pensent de l'entraîneur, c'est une façon de me soutenir, oui... Quelques-uns sont venus me dire qu'ils n'étaient pas d'accord avec ce procédé. Après ça, j'ai ramé pour fédérer. Puis il y a eu l'ultimatum et ses demandes aux supporters de soutenir le club plutôt que Puel. Il a aussi eu des contacts avec Leonardo. Il paraît que ce n'était pas pour être entraîneur. C'était pour avoir un autre conseiller ?..." Ambiance et petite pique adressée à l'influent Bernard Lacombe, conseiller du président. Dimanche, Jean-Michel Aulas, piqué au vif, répliquait en conférence de presse: "Je trouve très significatif qu'à trois jours des procédures devant les prud'hommes, l'avocat de Claude Puel lui ait demandé d'intervenir. Ce qui me choque, c'est ce manque de lucidité. La dignité doit faire en sorte de garder raison. Quand on va réclamer des millions d'euros dans un contexte qui est le sien, on devrait éviter de communiquer." Avant de confier, perfide: "La déception est immense. Je pense à sa famille. Il ne leur rend pas service". Une manière aussi de mettre la pression alors que la famille Puel conserve une attache à Lyon, le fils, Grégoire, figurant même dans l'effectif CFA du club ! Le jeune attaquant de 19 ans appréciera. On a en tout cas connu meilleure situation pour tenter de percer au plus haut niveau... L'audience de jeudi s'annonce de toute façon musclée. Et le feuilleton n'est peut-être pas près de se terminer...