Au bonheur de Perpignan !

  • A
  • A
Au bonheur de Perpignan !
Partagez sur :

Plus de 50 ans après avoir soulevé son dernier Bouclier de Brennus, Perpignan a été sacré champion de France samedi au Stade de France aux dépens de Clermont (22-13). C'est le septième sacre de l'histoire des Catalans. La déception est de taille pour les Auvergnats, qui, malgré dix finales disputées, n'ont toujours pas remporté le moindre titre.

Plus de 50 ans après avoir soulevé son dernier Bouclier de Brennus, Perpignan a été sacré champion de France samedi au Stade de France aux dépens de Clermont (22-13). C'est le septième sacre de l'histoire des Catalans. La déception est de taille pour les Auvergnats, qui, malgré dix finales disputées, n'ont toujours pas remporté le moindre titre. Ce n'était plus arrivé depuis 1955 ! Battu en finale du Top 14 par le Stade Français en 1998 et 2004, Perpignan rêvait d'un titre qui lui échappait depuis tant d'années. Mais, opposés à Clermont samedi au Stade de France pour ce duel au sommet de la saison 2009, les Catalans étaient loin d'avoir la partie gagnée. Car, les Auvergnats, qui restaient sur deux finales consécutives face au Stade Français et au Stade Toulousain, courraient eux aussi derrière un trophée qui leur a toujours échappé. Pour sa dixième finale, l'ASM était bien décidé à vaincre le signe indien. Le début de match incite d'ailleurs plutôt à l'optimisme côté clermontois. Les Jaunards sont en effet les premiers à se mettre en évidence avec une tentative de drop de Brock James (2e). Les Catalans tentent de réagir, mais les Auvergnats sont rapidement de retour dans leur camp et suite à une accélération de Benoît Baby sur l'aile, Pierre Mignoni retrouve James dans l'axe dont le coup de pied croisé trouve Napolioni Nalaga côté opposé. Le puissant fidjien arrive lancé et profite du rebond favorable pour aplatir dans l'en-but (0-7, 12e).L'efficacité de Porical Cueillis à froid par ce joli mouvement collectif, les Perpignanais organisent la riposte et ouvrent leur compteur grâce à un drop de l'entrée des 22 de Gavin Hume (3-7, 16e). Mais une faute au sol des Sang et Or offre l'occasion à James d'inscrire sa première pénalité de la rencontre (3-10, 20e). Les défenses prenant le pas sur les attaques, les deux formations s'en remettent à leurs buteurs mais ni Hume (27e), ni James (29e) ne parviennent à régler la mire sur deux nouvelles tentatives de drop. Juste avant le repos, Jérôme Porical passe toutefois une pénalité qui permet à l'Usap de revenir à quatre points juste avant le repos (6-10, 40e). Un avant-goût de la seconde période pour l'ASM.Car les Sang et Or vont combler leur retard dès le retour des vestiaires. Sur une action d'école, Porical fait la différence dans les 22 et rejoue intérieur pour David Marty qui transperce le rideau défensif adverse pour inscrire un essai capital (13-10, 46e). Dans la foulée, Porical passe une nouvelle pénalité qui affecte le moral des Jaunards (16-10, 50e). Mais James lui répond du tac au tac (16-13, 55e). Héros de la demi-finale face aux Toulousains, l'ouvreur australien effectue un plaquage haut sur Julien Candelon. Un geste dangereux immédiatement sanctionné par Porical qui réussit la pénalité (19-13, 62e).Les Auvergnats commencent à paniquer et se mettent une nouvelle fois à la faute. L'arrière catalan passe une dernière pénalité, cette fois de près de 50 m (22-13, 64e). C'en est fini des espoirs clermontois. Pour la dixième fois, les Jaunards échouent lors du match décisif. De son côté, l'Usap, qui rappelons-le a fini la saison régulière de Top 14 à la première place, renoue avec son glorieux passé pour la plus grande joie du bouillant public Sang et Or.