Au bonheur de Mathieu !

  • A
  • A
Au bonheur de Mathieu !
@ Reuters
Partagez sur :

US OPEN - Le Français a sorti Hewitt en cinq sets au 1er tour.

US OPEN - Le Français a sorti Hewitt en cinq sets au 1er tour. Et si c'était le déclic ? Plus habitué aux cruelles défaites qu'aux succès acquis de haute lutte, Paul-Henri Mathieu, à qui le douloureux souvenir de son match décisif perdu en finale de la Coupe Davis face à Youzhny en 2002 après avoir mené deux manches à zéro est perpétuellement rabâché, n'a peut-être pas vaincu le signe indien mais s'est en tout cas offert, à la fin d'un été jalonné par les pépins physiques, un bon bol d'air en dominant Lleyton Hewitt en cinq manches au premier tour de l'US Open (6-3, 6-4, 5-7, 4-6, 6-2). Un thriller de 3h40 et une victoire arrachée sur le Louis Armstrong Stadium face à un ancien numéro un mondial vainqueur de l'épreuve en 2001 et qui n'avait jamais été éliminé à ce stade de la compétition. Beau joueur, l'Australien reconnaissait après-coup que le Français avait su accélérer au moment opportun et notamment au début du cinquième set où l'Alsacien "a frappé des coups gagnants incroyables". Retombé au 109e rang mondial, Mathieu avait pourtant bien cru, une nouvelle fois, avoir manqué le coche quand, à 4-3 dans le troisième acte, son adversaire sauvait deux balles de break décisives, dont la deuxième grâce au Hawk-eye. Hewitt enchaînait ensuite pour égaliser à deux manches partout mais tombait finalement sur un "PHM" libéré, qui lâchait ses coups et remportait donc la mise avec autorité. Une victoire, sa deuxième seulement depuis Wimbledon, qui lui permet de s'offrir un duel face à son compatriote Guillaume Rufin, classé 206e cette semaine, qui a fait honneur à sa wild-card et réussi son baptême du feu new-yorkais contre l'Argentin Leonardo Mayer, pourtant 46e joueur mondial (2-6, 7-6, 7-6, 6-1). Roger Federer, probable futur adversaire de Mathieu ou Rufin, n'a lui pas trainé sur le Arthur Ashe, expédiant l'Argentin Brian Dabul en trois petits sets et à peine 1h40 de jeu (6-1, 6-4, 6-2). Un vainqueur de Cincinnati en mode showtime qui a gratifié le public d'un nouveau et spectaculaire coup entre les jambes, un an après réussi le même geste en demi-finale du tournoi face à Novak Djokovic. "Ce genre de coup, je n'en ai pas réalisé des tas dans ma carrière, mais j'en ai fait deux sur le central ici à New York en séance de nuit, savourait ensuite le Suisse avant de s'adresser au public. C'est fantastique de partager ce moment avec vous. Merci pour l'ovation, j'adore ça." Federer doit maintenant passer l'obstacle Karol Beck pour poursuivre son séjour new-yorkais.