Attention Angers !

  • A
  • A
Attention Angers !
Partagez sur :

L'hécatombe des clubs de Ligue 1 se poursuit en Coupe de France. Après Brest, éliminé aux tirs au but par Chambéry ce samedi, c'est Bordeaux qui a chuté sur la pelouse d'Angers (1-0), au stade des seizièmes de finale. C'est Sébastien Renouard qui a offert la qualification au SCO après l'heure de jeu (65e), plongeant encore un peu plus les Girondins dans le doute.

L'hécatombe des clubs de Ligue 1 se poursuit en Coupe de France. Après Brest, éliminé aux tirs au but par Chambéry ce samedi, c'est Bordeaux qui a chuté sur la pelouse d'Angers (1-0), au stade des seizièmes de finale. C'est Sébastien Renouard qui a offert la qualification au SCO après l'heure de jeu (65e), plongeant encore un peu plus les Girondins dans le doute. Ça va mal à Bordeaux. Eliminés dès les huitièmes de finale de Coupe de la Ligue et à la peine en Ligue 1, les Girondins quittent la Coupe de France dès les seizièmes de finale. Les hommes de Jean Tigana ont en effet subi la loi d'Angers (1-0), samedi au Stade Jean-Bouin. Une opposition entre deux clubs proches, plusieurs joueurs ayant porté les deux maillots (Modeste, Ramé, Ben Khalfallah, Ayité, Saivet, prêté par les Girondins mais absent de la feuille de match), mais aussi entre deux équipes actuellement en difficulté dans leurs championnats respectifs. Battus par l'OM dimanche dernier (1-2), les Girondins ne sont en effet que dixièmes de Ligue 1, alors que le SCO, quinzième de Ligue 2, est à la lutte pour le maintien. Conscients de l'importance de cette rencontre pour la suite de leur saison, les deux équipes attaquent tambour battant la rencontre. Si les hommes de Jean Tigana sont les premiers à se mettre en évidence avec une frappe légèrement trop croisée de Fahid Ben Khalfallah (3e), les plus belles occasions sont bien à mettre au crédit des Angevins, poussés par un Stade Jean-Bouin en ébullition. Arrivé cet hiver en provenance de Montluçon (CFA) et chargé de remplacer Mickaël Stephan, l'Argentin Diego Sebastian Gomez profite de sa technique et de sa science du dribble et de la passe pour mettre le feu dans la défense girondine. Malheureusement pour le SCO, ses deux attaquants, Fodé Doré et Gaëtan Charbonnier manquent un peu de réalisme pour ouvrir le score, à l'image de cette frappe du premier stoppée par Cédric Carrasso (16e) ou de ce contrôle manqué du deuxième, alors qu'il se trouvait en très bonne position (30e). Prise de vitesse, la défense girondine est à plusieurs reprises tout proche de craquer mais s'en sort de justesse, comme sur ce retour in extremis de Ludovic Sané, face à Sébastien Renouard qui avait armé son tir (31e). Renouard libère Jean-Bouin Du côté de l'attaque bordelaise, c'est le désert ou presque. Auteur de 20 buts avec Angers en Ligue 2 la saison dernière, Anthony Modeste est aux abonnés absents. Cheikh Diabaté se distingue par deux tirs, mais le premier, dans un angle fermé, est au-dessus (28e), alors que le deuxième est détourné par Grégory Malicki (41e). Après une première période bien pauvre, le club au scapulaire hausse le rythme en seconde période et parvient à mettre la pression sur le but adverse, sans toutefois trouver la solution. Bénéficiant d'un bon coup franc à 25 m environ, un peu sur la droite, Wendel écrase trop sa frappe, stoppée sans grande difficulté par Malicki (60e). Pour redonner du souffle à son attaque, Jean-Louis Garcia décide de remplacer Gomez, un peu court physiquement, par Claudio Keserü. Mais avant de sortir, l'Argentin débloque la situation. D'une passe parfaitement dosée, il trouve Olivier Auriac, qui lance sans contrôle Renouard. L'ancien messin adresse une frappe croisée de l'entrée de la surface que Carrasso ne peut dévier suffisamment (1-0, 65e). Gomez peut alors sortir, sous l'ovation d'un public angevin aux anges. Sonnés, les Bordelais tentent de réagir, mais Gouffran, tout juste entré en jeu, voit sa frappe puissante finir dans les gants de Malicki (71e). Le portier angevin est encore décisif en s'interposant sur un tir en pivot de Sané, suivi d'une reprise à bout portant de Diabaté (81e). Incapables de revenir au score, les Girondins subissent une nouvelle désillusion au cours d'une saison de plus en plus noire. A l'inverse, Angers, déjà tombeur de Valenciennes au tour précédent (2-1), fait le plein de confiance et peut continuer à rêver.