Arsenal, la fin désespoir

  • A
  • A
Arsenal, la fin désespoir
Partagez sur :

Le choc de la 33e journée de Premier League entre Arsenal et Liverpool a accouché d'un terrible match nul (1-1), qui met certainement fin aux espoirs de titre des Gunners. Tout s'est joué dans le temps additionnel où deux penalties ont été sifflés, le premier inscrit par Van Persie, le second par Kuyt après treize minutes d'arrêts de jeu. Manchester a apprécié.

Le choc de la 33e journée de Premier League entre Arsenal et Liverpool a accouché d'un terrible match nul (1-1), qui met certainement fin aux espoirs de titre des Gunners. Tout s'est joué dans le temps additionnel où deux penalties ont été sifflés, le premier inscrit par Van Persie, le second par Kuyt après treize minutes d'arrêts de jeu. Manchester a apprécié. L'éternité et un joueur. 90e +11, Emmanuel Eboué, remplaçant de Bacary Sagna au poste de latéral droit dans les rangs d'Arsenal, fait le pressing sur Kuyt après un coup franc repoussé par le mur des Gunners, et commet l'irréparable en bousculant l'attaquant néerlandais. Aucune contestation possible, l'Ivoirien est bien fautif, et se prendra la tête à deux mains dès le coup de sifflet final donné par M. Marriner. Le fait est qu'entre-temps, Dirk Kuyt a confirmé son exceptionnelle réussite sur penalty en se faisant lui-même justice et en égalisant, plongeant tout un stade dans le plus profond désarroi. Tout un stade, ou presque, car dans les tribunes de l'Emirates, exceptés les supporters des Reds ivres de bonheur, un homme garde son flegme légendaire mais intériorise certainement sa joie. Sir Alex Ferguson, Manager de Manchester United, sait qu'il a certainement assisté au sacre officieux de son équipe, qui compte six points d'avance sur les Gunners au soir de cette 33e journée, sans même avoir joué. La voie royale est ouverte. Il suffit de voir la colère d'Arsène Wenger au coup de sifflet final envers le trio arbitral pour comprendre qu'un instant dramatique du championnat vient de se jouer. Le technicien alsacien reproche alors à M. Marriner et ses assistants la longueur du temps additionnel, treize minutes. Le fait est que l'arbitre de cette rencontre en aura été un acteur majeur, prenant ses responsabilités quand il le fallait. Et s'il aura fallu attendre plus de 90 minutes pour voir ce match se décanter, c'est qu'auparavant, Arsenal se sera montré bien incapable de faire la différence. Arsenal, nouvelle saison vierge Bien loin d'afficher le niveau de jeu qui fait d'eux une référence européenne, les Gunners auront bafouillé leur football, monopolisant certes le ballon mais sans créer de décalages et sans se montrer dangereux. La meilleure occasion de la première période survient d'ailleurs sur corner, lorsque Koscielny trouve la barre de Reina (17e). Après cela, la défense mise en place par Kenny Dalglish fait preuve d'une solidité à toute épreuve, symbolisée par le jeune Jack Robinson, entré à la place de Fabio Aurelio dès la 21e minute de jeu. Robinson, 17 ans, latéral gauche face à l'international anglais Walcott, énorme tout au long du match. A l'image également de Flanagan, 18 printemps, latéral droit, qui aura plutôt bien tenu le choc face à Nasri, puis Arshavin. En réalité, la plus grosse frayeur pour la défense de la Mersey a lieu peu après le repos, lorsque Jamie Carragher reste au sol pendant six minutes, après avoir subi un énorme choc au visage de la part de son jeune coéquipier Flanagan. Six minutes, qui auront les conséquences que l'on sait en fin de match... En réalité, le temps additionnel de ce choc revêt un véritable effet grossissant de tout ce qu'aura été la saison d'Arsenal. Un grand bonheur d'abord, sur le penalty inscrit par Van Persie, et obtenu à la suite d'un une-deux entre deux artistes associés, Fabregas et Nasri. Et un énorme vent de panique dans les instants qui suivent, alors qu'il suffit à cet instant de mettre le pied sur le ballon et laisser s'égrener les secondes. Des secondes qui se transformeront donc en minutes, aux conséquences dramatiques. Mais pour un club qui n'a rien gagné depuis six ans, le temps est finalement une donnée toute relative.