Arsenal à l'américaine

  • A
  • A
Arsenal à l'américaine
Partagez sur :

Arsenal a officialisé la prise de contrôle du milliardaire américain Stan Kroenke, déjà actionnaire du club à hauteur de 30%. Propriétaire de quatre grandes franchises sportives aux Etats-Unis, Kroenke s'attaque désormais à l'Europe par le biais des Gunners, dont la valeur totale s'élève à plus d'un milliard d'euros. Pour Arsène Wenger, le virage est positif.

Arsenal a officialisé la prise de contrôle du milliardaire américain Stan Kroenke, déjà actionnaire du club à hauteur de 30%. Propriétaire de quatre grandes franchises sportives aux Etats-Unis, Kroenke s'attaque désormais à l'Europe par le biais des Gunners, dont la valeur totale s'élève à plus d'un milliard d'euros. Pour Arsène Wenger, le virage est positif. Les Denver Nuggets en NBA, les Saint-Louis Rams en NFL, les Colorado Rapids en MLS, les Colorado Avalanche en NHL. A ce quatuor de franchises outre-Atlantique, Stan Kroenke peut désormais ajouter à son portefeuille Arsenal, en Premier League. Actionnaire du club à 30%, le milliardaire américain a passé la vitesse supérieure en proposant une offre de rachat pure et simple. Le club lui-même a indiqué l'avoir acceptée, ce qui augmentera la valorisation globale des Gunners à 731 millions de livres, soit 825 millions d'euros. Mais avec la dette estimée à 147 millions de livres selon la BBC, la valorisation totale se porterait en fait à 900 millions de livres, soit environ 1,17 milliard d'euros. Dans le détail, Kroenke a offert 11 750 livres par action (soit 12 450 euros) pour récupérer les parts de deux autres actionnaires, en l'occurrence Danny Fiszman et Nina Bracewell-Smith. Désormais, l'Américain possède 63% des parts d'Arsenal, ce qui l'obligeait légalement à proposer une offre d'achat, en passant la barre des 50%. Le seul autre actionnaire des Gunners se nomme Alisher Ousmanov, un magnat ouzbek de l'acier, détenteur de 27% du capital. Kroenke pourrait aussi lui présenter une offre, mais en atteignant 90% des parts, l'Américain devra obligatoirement racheter le reste. Wenger: "Kroenke comprend les traditions du club" La progression est fulgurante pour Kroenke, qui n'était entré au capital du club qu'en 2007, à hauteur de 9,9% seulement. Après Glazer à Manchester United, Henry à Liverpool, Lerner à Aston Villa et Short à Sunderland, un quart de la Premier League tombe désormais aux mains américaines. Mais si, par exemple, le feuilleton Glazer a largement fait gloser du côté d'Old Trafford, la prise de pouvoir de Stan Kroenke devrait provoquer moins de remous du côté d'Arsenal, à en juger par les déclarations enjouées d'Arsène Wenger à la BBC. "J'ai travaillé avec Stan Kroenke lors de réunions sur les deux dernières années et je crois qu'il porte les plus grands intérêts d'Arsenal dans son coeur." A priori, le technicien français ne devrait pas voir sa politique de formation remise en cause, d'autant que le président Peter Hill-Wood a accepté de rester en place. "Kroenke comprend l'héritage et les traditions du club, poursuit le technicien français, et notre ambition d'emmener le club sur un chemin qui nous protègera pour notre futur à long terme." Le nouveau propriétaire ne dit pas autre chose d'ailleurs, dans une réponse quasi mimétique: "Arsenal est un club fantastique avec une histoire spéciale, une tradition et un manager merveilleux. Nous voulons construire sur ce riche héritage et amener le club vers de nouveaux succès." Au moins, tout le monde est d'accord.