Arron et Hurtis privées de Berlin

  • A
  • A
Arron et Hurtis privées de Berlin
Partagez sur :

Ghani Yalouz a dévoilé lundi une liste de 62 athlètes tricolores pour les Mondiaux de Berlin, qui se dérouleront du 15 au 26 août prochain. Le nouveau directeur technique national (DTN) n'a pas convoqué Christine Arron et Muriel Hurtis.

Ghani Yalouz a dévoilé lundi une liste de 62 athlètes tricolores pour les Mondiaux de Berlin, qui se dérouleront du 15 au 26 août prochain. Le nouveau directeur technique national (DTN) n'a pas convoqué Christine Arron et Muriel Hurtis.Certains avaient déjà leur billet en poche, d'autres attendaient la sélection de Ghani Yalouz pour valider leur participation aux Mondiaux de Berlin (du 15 au 23 août). Et le DTN de la Fédération française a dévoilé ce lundi la liste définitive des athlètes tricolores retenus pour aller en Allemagne. Le successeur de Franck Chevallier, soucieux de préparer au mieux l'échéance des Jeux Olympiques de Londres en 2012, a décidé de privilégier l'avenir. A ce titre, Christine Arron et Muriel Hurtis n'entrent pas dans ses plans et ont été écartées de la sélection. Les deux sprinteuses, qui ne sont pas parvenues à réaliser les minima, restent donc à quai, au profit de Myriam Soumaré sur 100 m et Johanna Danois sur 200 m."Des critères de sélection avaient été définis. Je me suis appliqué à les respecter scrupuleusement et les mettre en oeuvre avec le comité de sélection, a expliqué Yalouz dans un communiqué. Nous avons donc mis en place une revue de collectif élargi pour le cycle olympique à venir dans le but unique de réussir Londres 2012." Voilà donc la raison de l'éviction d'Arron (35 ans) et Hurtis (30 ans), dont les chances de briller en Allemagne et surtout en Angleterre ont du plomb dans l'aile.Yalouz: "Mouiller le maillot""Dans ce contexte, j'ai tenu à offrir une chance à une génération prometteuse, et j'attends que l'ensemble de cette sélection "mouille le maillot" et que les têtes de série assument leur rang mondial", a poursuivi Yalouz, faisant référence à Lavillenie, Mekhissi, Baala et Diniz, médaillés potentiels. Comparée aux messieurs, la sélection féminine parait moins bien armée, comme en témoigne un sprint en berne et l'absence de relais 4x100 mètres. Hind Dehiba, titrée sur 800 et 1500 mètres à Angers, a l'occasion de définitivement tourné la page et de prouver que son contrôle positif à l'EPO en 2007, entraînant une suspension de deux ans, n'était qu'un accident."Ceux à qui nous faisons confiance pour ces Championnats du monde devront démontrer, par leur attitude, leur respect pour l'équipe de France. J'observerai avec une grande attention leur comportement sur la piste et en dehors, quel que soit leur âge ou leur statut", a conclu Yalouz. En 2007, les athlètes français avaient quitté le Japon avec en tout et pour tout deux médailles d'argent (Diniz sur le 50 km marche et Mesnil à la perche).