Armes et faiblesses du XV de France

  • A
  • A
Armes et faiblesses du XV de France
Les 30 Bleus pour la photo officielle en Nouvelle-Zélande.@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Les Bleus débutent leur Mondial samedi, contre le Japon. Revue d’effectifs.

Les Bleus favoris ? Certainement pas au regard d’une saison catastrophique et de défaites traumatisantes face à l'Australie (59-16) ou l'Italie (22-21). Mais les hommes de Marc Lièvremont se présentent dans le costume d’outsider, une tunique qui leur a souvent réussi par le passé. Samedi, à 8h00, les Bleus débutent face au Japon avec une équipe plutôt classique. Europe1.fr vous présente les atouts et les faiblesses du XV de France.

LES FORCES

La mêlée. Le pack a toujours été l’une des armes du XV de France. Bien disciplinée, la mêlée française peut déstabiliser les gros bras du Mondial. Barcella, Servat, Mas, Pierre, Nallet, Dusautoir, Lakafia, Harinordoquy, c’est du solide. Avec 882 kilos sur la balance, le pack tricolore pourrait faire des ravages, surtout s’il est bien coordonné et bien dirigé par Dimitri Yachvili.

La troisième ligne. Thierry Dusautoir a déjà démontré par le passé ses talents de plaqueur. Et que dire du Basque Imanol Harinordoquy. A eux deux, ils totalisent plus de 110 sélections chez les Bleus. Si on rajoute le petit nouveau, Raphaël Lakafia, cette troisième ligne tricolore sera, à n’en pas douter, l’un des gros points forts du XV de France.

Arrières

L’arrière. Pour débuter contre le Japon, Marc Lièvremont a choisi de titulariser un trident offensif à l’accent toulousain. Avec Maxime Médard et Vincent Clerc sur les ailes et Cédric Heymans (parti à l’intersaison à Bayonne), l’attaque française promet d’être explosive. Avec ses rouflaquettes bien taillées, Maxime Médard incarne le jeu et l'audace que les Bleus recherchent pour briller sur les terrains de la Coupe du monde. Son coéquipier au Stade Toulousain, Vincent Clerc, est une valeur sûre. Avec 25 essais chez les Bleus, il fait désormais partie des meubles.

LES FAIBLESSES

La première ligne. Marc Liévremont s’est trituré les méninges toute l’année avec sa première ligne. Le sélectionneur a dû composer avec les nombreuses blessures à ces postes. C’est finalement William Servat (talonneur) et Fabien Barcella qui seront titularisés pour la première rencontre aux côtés de Nicolas Mas. Le premier n’a plus rejoué depuis sa blessure en finale du Top 14. Pour Barcella, ses 40 minutes contre l’Irlande ne suffisent pas pour juger son réel état de forme. Une chose est sûre, leur entrée contre le Japon sera déterminante pour le reste de la compétition.

Le banc de touche. Avec les nouvelles blessures de Maxime Mermoz (genou) et Alexis Palisson (jambe), Marc Lièvremont doit prier pour éviter de nouveaux pépins physiques. Si on rajoute à ces indisponibilités la moyenne d’âge plutôt élevée des remplaçants, le banc de touche des Bleus est loin d’être leur arme fatale.

L’INCERTITUDE

Yachvili

La charnière. Le sélectionneur français n’a pas arrêté de le répéter en conférence de presse mardi, il a eu "beaucoup de mal à choisir entre Morgan Parra et Dimitri Yachvili" pour le poste de demi-de-mêlée. Si le Biarrot a été préféré au Clermontois, le tandem Yachvili-Trinh Duc pose quelques interrogations. Et pour cause, si la première mi-temps contre l’Irlande a été prometteuse, les deux joueurs n’ont été associés qu’à quatre reprises en équipe de France. Cette charnière a très belle allure sur le papier mais elle devra s’imposer immédiatement, sous peine d’être remaniée…

Composition du XV de France contre le Japon :

1- Fabien Barcella, 2 - William Servat, 3 - Nicolas Mas, 4 - Julien Pierre, 5 - Lionel Nallet, 6 - Thierry Dusautoir (capitaine), 7 - Imanol Harinordoquy, 8 - Raphaël Lakafia, 9 - Dimitri Yachvili, 10 - François Trinh-Duc, 11 - Vincent Clerc, 12 - Fabrice Estebanez, 13 - Aurélien Rougerie, 14 - Maxime Médard, 15 - Cédric Heymans.