Arbitrage : un succès National

  • A
  • A
Arbitrage : un succès National
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - La performance ce week-end des arbitres venus de 3e division a été unanimement saluée.

En marquant le but de la victoire de Lille dans le temps supplémentaire, dimanche, Pierre-Alain Frau a assuré au corps arbitral un week-end sans polémique majeure. Le LOSC vainqueur, tout le monde oubliera en effet plus facilement l'erreur de la 67e minute lorsque la faute évidente de Rod Fanni sur Gervinho n'entraîna pas de penalty. Comme tous ses collègues du week-end, l'arbitre de ce choc au sommet, Johan Hamel, officie d'ordinaire dans le championnat National, l'équivalent de la troisième division. Face à la fronde des arbitres de Ligue 1 et Ligue 2, qui souhaitaient décaler le début de chaque rencontre de 15 minutes, la fédération, en accord avec la Ligue, avait décidé de nommer pour ce week-end des arbitres venus de troisième division.

A l'instar de ses collègues et en dépit de cette erreur, Johan Hamel "s'est montré à la hauteur", comme l'indique L'Equipe lundi dans un encadré spécial "Le match de l'arbitre". Et les avis des acteurs rejoignent ceux des observateurs. "C'était très sympa. On les a sentis moins à cran que certains, parfois...", s'est félicité l'entraîneur de Lyon, Claude Puel."Nous aimerions avoir un tel arbitrage tous les week-ends", a approuvé son homologue avignonnais Faruk Hadzibejic. "L'arbitre a été bon. Ça fait du bien quand on est dans le dialogue", a souligné le coach de Bordeaux Jean Tigana, dans des propos repris dans L'Equipe.

"L'enseignement majeur, c'est que la relève est assurée", considère l'ancien arbitre international Bruno Derrien. "Il faut souligner que les jeunes arbitres qui ont officié en Ligue 1 à l'occasion de cette 26e journée ont eu une préparation de match extrêmement difficile, en subissant des pressions du SAFE notamment." Le SAFE, c'est le syndicat des arbitres élite, qui avait décidé de manifester ce week-end, officiellement pour réclamer du respect, officieusement pour réclamer de l'argent.

Les arbitres de l'élite ont perdu le match

Les arbitres frondeurs de L1 et L2 sont évidemment les premières victimes de ce week-end sans problème. Les autorités du football ne leur ont pas laissé les mains libres pour manifester, ils ont perdu leurs primes de match (2.430 euros par match pour les arbitres de Ligue 1) et, cerise sur le gâteau, leurs remplaçants ont donc été, de l'avis de tous, plutôt très bons ! Les voilà donc en position de faiblesse dans les négociations qui devraient s'entamer avec la FFF et la LFP.

"Parler de respect, je veux bien", précise le président de la fédération, Fernand Duchaussoy, dans L'Equipe. "Je suis d'accord pour avancer sur leur reconversion et leur statut. Je suis un homme de dialogue mais si c'est pour parler seulement d'argent, comme ce fut le cas jusqu'ici, ça ne sert à rien de discuter." Les arbitres de l'élite réclameraient une augmentation de leur prime mensuelle fixe de 65 % (de 2.751 euros actuellement à 4.500 euros) ainsi qu'une participation sur le contrat signé par la FFF avec Nike et La Poste, sponsor de leur maillot jaune. La ministre des Sports Chantal Jouanno a convoqué tout le monde pour un tour de table qui aura lieu mercredi. Histoire de mettre fin à la cacophonie qui règne actuellement dans le monde des sifflets français.