Après l'Europe, le monde ?

  • A
  • A
Après l'Europe, le monde ?
Partagez sur :

Après avoir conquis l'Europe l'été dernier, l'équipe de France U20 va tenter de mettre le monde à ses pieds, à l'occasion de la Coupe du monde (29 juillet-20 août), disputée en Colombie. La formation dirigée par Francis Smerecki entend bien faire honneur à son statut de sérieux prétendant à la victoire finale. Il faudra cependant faire avec l'altitude, composante essentielle de cette 18e édition.

Après avoir conquis l'Europe l'été dernier, l'équipe de France U20 va tenter de mettre le monde à ses pieds, à l'occasion de la Coupe du monde (29 juillet-20 août), disputée en Colombie. La formation dirigée par Francis Smerecki entend bien faire honneur à son statut de sérieux prétendant à la victoire finale. Il faudra cependant faire avec l'altitude, composante essentielle de cette 18e édition. 30 juillet 2010, finale du championnat d'Europe U19. Au stade Michel d'Ornano à Caen, l'équipe de France vient à bout, avec la manière, de la sélection espagnole (2-1). Quelques semaines seulement après la débâcle des Bleus à Knysna, la performance des Bleuets constitue un véritable bol d'air pour un football français en plein marasme aussi bien sportif qu'extra-sportif. On loue alors l'état d'esprit irréprochable de cette bande de gamins surdoués placée sous l'égide de Francis Smerecki. Son jeu léché, ultra-offensif (la France finira meilleure attaque de la compétition, avec 14 buts en 5 rencontres) et à une ou deux touches de balle contraste avec celui stéréotypé et inefficace des A. Un groupe de 21 quasi similaire au championnat d'Europe Un an a passé, et voilà ces mêmes Bleuets à l'assaut du monde à l'occasion de la 18e édition de la Coupe du monde U20 (29 juillet-20 août), organisée en Colombie. Une compétition dont le tenant du titre est le Ghana (2009), et que la France n'a disputée qu'à trois reprises dans son histoire. La dernière fois, c'était en 2001, et les Philippe Mexès, Alou Diarra ou encore Djibril Cissé avaient alors échoué en 1/4 de finale. Cette édition colombienne offre ainsi l'occasion aux jeunes pousses tricolores de confirmer leur sacre européen de l'été 2010 en apportant à la France son premier titre mondial dans cette catégorie. Pour ce faire, Francis Smerecki a retenu, le 10 juin dernier, un groupe de 21 joueurs, dont 15 étaient déjà de la partie lors de l'Euro U19 l'été dernier. On retrouve ainsi les 6 attaquants (Griezmann, Kakuta, Tafer, Sunu, Lacazette et Bakambu) qui avaient fait parler la poudre il y a un an, inscrivant près de trois buts par match. Gueïda Fofana, capitaine exemplaire en 2010, conserve son brassard, lui qui joue un rôle essentiel dans l'entrejeu. Depuis le 19 juin, les Bleuets sont en préparation pour cette échéance planétaire. Du 28 juin au 18 juillet, les protégés de Francis Smerecki ont effectué un stage en altitude à Tignes, au cours duquel ils ont disputé trois matches amicaux, tous remportés (3-0 contre Nantes, 6-2 contre France Militaire, 2-0 contre la Guinée Equatoriale). La Colombie pour une entrée musclée L'objectif avoué de ce stage était de s'adapter aux conditions atmosphériques extrêmes auxquelles seront confrontés les Bleuets en Colombie (les matches auront lieu à plus de 2500m d'altitude). Le tout nouveau défenseur rennais, Chris Mavinga, finalement forfait pour la compétition, confiait d'ailleurs à France Football l'impact de l'altitude sur les performances physiques des joueurs: "A l'entraînement, on a couru à 2100m et dans la course, on a bien senti la différence : au bout de 20 minutes, on avait l'impression d'avoir couru deux heures !" Francis Smerecki, sur le site de la FFF, estime d'ailleurs que l'altitude constituera un facteur déterminant dans les performances de ses protégés: "La question est de savoir si on aura les aptitudes physiques pour produire dans le match les efforts nécessaires à la bonne tenue de notre jeu." Arrivée en Colombie le 21 juillet pour s'accommoder au décalage horaire, la formation tricolore débute son Mondial samedi à 20h (dimanche à 3h, heure française), face à une sélection colombienne qui sera poussée par les 42000 spectateurs du stade Parque Salitre de Bogota. Dirigée par Eduardo Lara, la "cafetera" fait figure d'épouvantail dans cette compétition, elle qui a remporté le Festival International Espoirs de Toulon en juin, disposant de l'équipe de France U21 en finale. Seuls Nego et Tafer, parmi les joueurs retenus par Francis Smerecki, figuraient alors sur le terrain. Ils pourront ainsi avertir leurs jeunes coéquipiers du danger que représente James Rodriguez, principal atout de la sélection colombienne. Francis Smerecki ne s'y trompe pas lorsqu'il évoque, sur le site de la FFF, "un joueur de grande classe." El bandido, milieu de terrain au FC Porto, dispose d'une patte gauche redoutable, en témoigne ses trois buts inscrits lors de la récente finale de Coupe du Portugal, contre Guimaraes. Si Antoine Griezmann convient que "le premier match va être difficile, dans un stade comble", l'attaquant de la Real Sociedad (annoncé du côté de l'Atlético Madrid) estime que la France est "une des formations favorites" de la compétition. Après la Colombie, les Bleuets se frotteront dans le groupe A à la Corée du Sud (2 août) puis au Mali (5 août). Avec pour objectif de terminer en tête de leur groupe, pour s'ouvrir les portes d'une demi-finale royale contre l'Argentine, six fois vainqueur de la compétition. Avant pourquoi pas de succéder à Diego Maradona (79), Marco van Basten (83), Andres Iniesta (03) ou encore Lionel Messi (05) au palmarès de la compétition.