Appelez-le Super 15 !

  • A
  • A
Appelez-le Super 15 !
Partagez sur :

Après le Super 12 et le Super 14, l'hémisphère sud s'offre un Super 15. Une nouvelle formule, une nouvelle franchise australienne, plus de matches, mais toujours la même prime au spectacle pour mettre en scène, à la veille de la prochaine Coupe du monde, parmi les meilleurs joueurs de la planète et désigner en fin d'exercice le successeur des Bulls, doubles tenants du titre.

Après le Super 12 et le Super 14, l'hémisphère sud s'offre un Super 15. Une nouvelle formule, une nouvelle franchise australienne, plus de matches, mais toujours la même prime au spectacle pour mettre en scène, à la veille de la prochaine Coupe du monde, parmi les meilleurs joueurs de la planète et désigner en fin d'exercice le successeur des Bulls, doubles tenants du titre. Une nouvelle formule: De 94 à 125 matches ! Rappelez-vous, à l'origine, en 1996, existait le Super 12, qui après quatre ans d'existence avait déjà connu une refonte pour devenir le Super 14 avec l'intégration des Cheetahs sud-africains et de la Western Force australienne. Seize ans plus tard et le championnat des provinces de l'hémisphère sud devient le Super 15 et complète son plateau avec la création des Melbourne Rebels, qui permet à l'Australie de compter autant de représentants (5) sur la ligne de départ que ses rivaux néo-zélandais et sud-africain. La nouvelle formule mise au point a pour première conséquence de faire exploser le nombre de rencontres, au nombre désormais de 125 matches, contre 94 auparavant, dont 40 disputés dans chacune des trois nations. Consulter aussi: La formule en un coup d'oeil Une nouvelle franchise: Les Melbourne Rebels En concurrence avec les provinces sud-africaine des Southern Kings et de l'Eastern Cape, la candidature de Melbourne a d'emblée bénéficié des faveurs de la Sanzar, l'organisme réunissant les trois grandes fédérations de l'hémisphère sud, soucieuse d'équilibrer les forces en présence, l'Australie ne présentant jusqu'à ce jour que quatre provinces engagées dans le Super 14: les NSW Waratahs de Sydney, les ACT Brumbies de Canberra, la Western Force de Perth et les Queensland Reds de Brisbane, là où l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande comptent chacune cinq formations. Pièce après pièce, le puzzle de la 15e et nouvelle franchise du Super 15, officiellement attribuée à Melbourne en fin d'année dernière, s'est mis en place. Ainsi, Rod MacQueen, entraîneur de l'Australie championne du monde en 1999, a accepté de sortir de sa retraite pour coacher pour trois ans les Rebels, dont la première recrue aura été l'ouvreur anglais Danny Cipriani (voir par ailleurs). Un effectif à bâtir avant d'espérer voir naître un collectif, placé sous la houlette du charismatique trois-quarts centre et ancien capitaine des Wallabies, Stirling Mortlock. Même si en 2006, la Western Force, nouvelle venue, n'avait gagné qu'un seul des treize matches de sa première saison. Un joueur à suivre: Danny CIPRIANI Il est évidemment encore bien trop tôt pour savoir si Danny Cipriani a fait ou non le bon choix en tournant le dos au rugby anglais et en rejoignant la nouvelle franchise australienne du Super 15, dont le coup d'envoi sera donné ce vendredi, les Melbourne Rebels. Toujours est-il que l'ouvreur anglais (23 ans, 7 sélections) débutera sur le banc la compétition vendredi face aux Warathas. Le méconnu James Hilgendorf lui a été préféré par le coach en charge de la franchise, Rod Macqueen. "Nous envisageons l'équipe comme un groupe de 22 joueurs, si bien que je ne vois pas cela comme l'évènement que d'autres voudraient y voir, souligne l'ancien coach du Stade Français. Mais après avoir dit ça, Jimmy Hilgendorf a très bien joué durant la préparation et nous pensons que l'heure est venue pour lui de débuter." Si les performances du jeune n°10 anglais seront analysées à la loupe, Tana Umaga sera l'autre attraction de ce nouveau Super 15, l'ancien All Black et Toulonnais, qui à 37 ans, doyen de la compétition, lui sera titulaire samedi sur le terrain des Brumbies. Une équipe à battre: Les Bulls de Pretoria Lauréate des deux dernières éditions du Super 14, la province sud-africaine des Bulls de Pretoria sera une fois encore l'équipe à battre cette saison. La motivation est d'ailleurs toute trouvée pour les Matfield, B. Botha, Spies, M. Steyn, du Preez et autre Potgieter, tous issus du squad des Springboks, qui en cas de nouveau sacre rejoindraient au palmarès les Crusaders, seule équipe à avoir décroché trois couronnes d'affilée dans le Super 12. (1998, 199, 2000). Finaliste sortante, l'autre province sud-africaine, les Stormers, sera encore la première rivale de ses compatriotes. Même si à l'approche de la Coupe du monde, l'antichambre des Blacks, les Crusaders de Carter et McCaw, cherchera à retrouver des sommets qu'elle n'a plus atteint depuis le dernier de ses sept titres en 2008. Les Australiens compteront sur les Reds de la charnière des Wallabies, Genia-Cooper, et sur les Warathas, demi-finalistes l'an dernier.