Aoyama ne l'a pas volé

  • A
  • A
Aoyama ne l'a pas volé
Partagez sur :

MOTO: Hiroshi Aoyama vient d'être sacré champion du monde de 250 cc à l'issue du Grand Prix de Valence ce dimanche.

Aoyama s'est fait attendre ! Hiroshi Aoyama vient d'être sacré champion du monde de 250 cc à l'issue du dernier Grand Prix de la saison 2009 qui se tenait à Valence ce dimanche. Il aura fallu 10 années de compétition dans cette catégorie au Japonais pour décrocher sa première couronne mondiale. Lors de ces neuf premières années dans la catégorie intermédiaire, Hiroshi Aoyama n'avait en tout et pour tout signé que cinq victoires pour 20 podiums. C'est dire si le Japonais, crédité cette saison de quatre succès et aperçu dans le top 3 à sept reprises, a changé de dimension en 2009. Systématiquement dans les points en cet exercice qui n'a pourtant pas épargné ses favoris – une performance égalée par le seul Hector Barbera – Hiroshi Aoyama a logiquement cueilli son premier titre mondial, dimanche, à Valence.Vainqueur deux semaines plus tôt en Malaisie, l'intéressé, il est vrai, s'était facilité la tâche avant cet ultime acte de la saison. Dès lors débarrassé de tous ses concurrents dans la course au titre à l'exception de Marco Simoncelli, le champion sortant de la catégorie 250cc, Hiroshi Aoyama n'avait besoin que de cinq petits points pour assurer son sacre, alors que son rival n'avait lui pas d'alternative au triomphe. Et pourtant, ce Grand Prix de Valence 2009 n'a pas été avare en suspense...Une septième place pour finir !Malgré un départ quelque peu chaotique, Marco Simoncelli n'a en effet pas manqué de tenter son va-tout, conforté dans son audace par une première position rapidement acquise et la fébrilité manifeste de sa cible nippone. Après s'être frottée d'un peu trop près à Alvaro Bautista, cette dernière partait ainsi à la faute, sur un freinage tardif dans la neuvième boucle qui lui valait un petit détour par le bac à graviers. Alors relégué au onzième rang, soit l'extrême limite de sa marge de manoeuvre vis-à-vis de Marco Simoncelli, Hiroshi Aoyama assurait néanmoins l'essentiel jusqu'à la ligne d'arrivée.S'appliquant en effet à grappiller quelques places afin de se rassurer, le pilote Honda voyait de toute façon son fardeau transalpin s'envoler tandis que Marco Simoncelli chutait à sept tours du but, sous la pression de Hector Barbera. Finalement victorieux sur ses terres, l'Espagnol soufflait là le titre honorifique de vice-champion au lauréat 2008, et Hiroshi Aoyama pouvait savourer cet heureux dénouement. Avènement l'an prochain des Moto2 aux dépens des 250cc oblige, le Japonais est passé à la postérité ce dimanche, en tant que dernier champion du monde de la catégorie.