Antiga: "Ce n'est pas alarmant"

  • A
  • A
Antiga: "Ce n'est pas alarmant"
Partagez sur :

Quatre revers pour autant de rencontres disputées, c'est le triste bilan affiché par l'équipe de France, à l'aube d'une double confrontation de tous les dangers face à Cuba, vice-champion du monde en titre. Fraîchement retraité sur la scène internationale, Stéphane Antiga estime qu'"il n'y a pas matière à s'inquiéter" même s'il sait que les Bleus se trouvent dans une "situation qui n'est pas agréable à vivre".

Quatre revers pour autant de rencontres disputées, c'est le triste bilan affiché par l'équipe de France, à l'aube d'une double confrontation de tous les dangers face à Cuba, vice-champion du monde en titre. Fraîchement retraité sur la scène internationale, Stéphane Antiga estime qu'"il n'y a pas matière à s'inquiéter" même s'il sait que les Bleus se trouvent dans une "situation qui n'est pas agréable à vivre". Stéphane, comment analysez-vous le début de parcours catastrophique des Bleus ? Je ne cherche pas à analyser, je ne peux que constater. Je suis un peu désolé pour tous les joueurs, toutes les personnes su staff que je connais. C'est une situation qui n'est pas agréable à vivre, c'est dommage. C'est aussi compréhensible car il y a un groupe à former, des réglages à faire, beaucoup de choses à travailler. Je ne pense pas que ce soit alarmant d'autant que la Ligue mondiale est un outil de travail. Il faut arriver à bien préparer le Championnat d'Europe. Qu'est ce qui cloche dans cette équipe de France ? Je n'ai pas vu les matches. Certains joueurs n'étaient pas en Corée, d'autres doivent reprendre le rythme. Tout ça nécessite du temps. Il y a juste besoin de travailler et de prendre le temps. Il n'y a pas matière à s'inquiéter pour l'instant. C'est sûr que ce n'est pas brillant pour l'instant mais bon cette Ligue mondiale n'est pas un objectif en soi. Les Bleus ont-ils les armes pour rivaliser avec Cuba, vice-champion du monde en titre ? Si Cuba est au complet, non, tout du moins pas encore. Mais d'après ce que j'ai entendu, Cuba devrait mettre des joueurs au repos, auquel cas ce serait jouable s'ils arrivent à améliorer quelques petits trucs, surtout à domicile. J'espère en tout cas que l'équipe de France arrivera à élever son niveau de jeu chaque week-end et qu'ils feront quelque chose contre Cuba. Ne pensez-vous pas que Ngapeth aurait pu dynamiser un peu plus l'attaque tricolore ? Bien sûr, Earvin est un très bon attaquant. Mais il a été suspendu par rapport à son comportement au dernier Championnat du monde. On verra après. Je pense que l'équipe de France pourrait avoir besoin de lui, évidemment. "A l'heure actuelle, je serai incapable d'aider les Bleus" Philippe Blain est-il toujours l'homme de la situation ? Oui, bien sûr. L'objectif, c'est le Championnat d'Europe. Je pense que Philippe va essayer de tester certains joueurs et certains secteurs de jeu durant cette Ligue mondiale. Comme je l'ai dit, cette compétition a toujours été un outil de préparation. Le but est de donner du temps de jeu à certains joueurs et d'essayer d'autres systèmes. Mais ça n'a jamais été facile de performer en Ligue mondiale. Avez-vous des regrets d'avoir quitté le navire tricolore ? Non, il était temps pour moi d'arrêter. Je suis content de me reposer, d'avoir du temps libre avec mes amis et ma famille. Je suis très content de ce que j'ai fait en équipe de France et aussi très content d'arrêter maintenant. Je suis en paix avec moi-même (rires). A la manière d'un Zinedine Zidane en football, vous ne voudriez pas interrompre votre retraite internationale pour venir prêter main forte aux Bleus ? A l'heure actuelle, je serai incapable d'aider les Bleus. Ce serait tout simplement impossible. Ce n'est pas du tout dans mes projets, je ne reviendrai pas sur ma décision. L'équipe de France est derrière moi, même si elle n'est pas très loin derrière. A titre personnel, où en est votre carrière en club ? J'ai envie de continuer mais je ne resterai pas à Belchatow, le club où j'ai évolué les quatre dernières années. J'ai des pistes mais rien de concret, je ne préfère pas en dire plus.