Anigo: "La priorité, c'est le club"

  • A
  • A
Anigo: "La priorité, c'est le club"
Partagez sur :

José Anigo a confirmé mardi qu'il restait directeur sportif de l'OM à l'occasion d'une conférence de presse tenue aux côtés de Jean-Claude Dassier, Didier Deschamps et Antoine Veyrat. Rassuré par les explications qu'il a eu avec son nouveau patron, l'ancien minot veut désormais se remettre au travail.

José Anigo a confirmé mardi qu'il restait directeur sportif de l'OM à l'occasion d'une conférence de presse tenue aux côtés de Jean-Claude Dassier, Didier Deschamps et Antoine Veyrat. Rassuré par les explications qu'il a eu avec son nouveau patron, l'ancien minot veut désormais se remettre au travail.José, vous conservez votre poste de directeur sportif dans le nouvel organigramme, vos craintes sont levées ?L'explication que j'ai eue ce midi avec Jean-Claude m'a donné beaucoup de forces, parce que effectivement, j'ai lu beaucoup de choses et je me suis peu exprimé jusqu'à maintenant, voire pas du tout, sur l'épisode Bernès et le reste. Je ne voulais pas rentrer dans ces batailles médiatiques, ce n'est pas intéressant. Moi, Jean-Pierre ne m'a rien fait et il n'était pas question pour moi de salir qui que ce soit. Les explications, je les ai eues à midi. Pour moi le club pendant quatre ans sous l'ère Pape Diouf a toujours fonctionné et travaillé avec tous les agents français, et pour moi il était normal que ça continue comme ça et qu'il n'y ait pas un agent qui soit privilégié par rapport à d'autres. Moi je l'avais interprété comme ça et il n'était pas question pour moi que cela se passe comme ça. Alors plutôt que de travailler dans ce sens là, j'attendais d'avoir des explications, elles ont été claires, elles ont été franches. Je pense avoir été moi aussi franc et clair avec Jean-Claude et je crois qu'aujourd'hui cet épisode est terminé pour moi et le travail prime avant tout.Vous avez pourtant soutenu Pape Diouf jusqu'au bout ?J'ai été jusqu'au bout avec Pape, c'est-à-dire que l'histoire que j'ai vécu avec Pape et avec Julien (Fournier), c'est plus qu'une belle histoire. Pendant quatre ans on a travaillé proprement. Si aujourd'hui Jean-Claude et Didier arrivent dans un club qui est sain, c'est grâce à eux. Même si pendant une semaine ça a beaucoup bougé, le club est sain à tous les niveaux. S'ils trouvent aujourd'hui une boutique qui est propre, c'est aussi le résultat du travail de Julien et de Pape, il faut être clair. Ce que je peux dire, c'est que je suis allé jusqu'au bout dans la bataille, j'ai même mis à un moment donné mon poste en jeu, parce que je pensais que c'était l'ultime façon pour moi de faire pencher la balance, de faire réagir tout le monde pour que Pape ne parte pas. Très franchement, je n'y suis pas arrivé, mais aujourd'hui la priorité, ce n'est plus mon cas, ce n'est plus le cas de Pape, c'est le club. Dans cette priorité-là, je crois qu'aujourd'hui je suis dans mon rôle. Pour le reste, en tout cas en ce qui me concerne, on va penser uniquement à l'avenir, et l'avenir c'est ce qu'on prépare aujourd'hui sur le terrain. Le reste ne m'intéresse plus du tout."Je crois qu'on est encore dans les temps"Vous avez pris du retard sur le marché des transferts avec cet épisode ?L'avenir nous le dira, mais je ne le crois pas. Pour l'heure, il n'y a pas beaucoup de clubs qui ont acheté. Le mercato, c'est jusqu'à fin août, je crois qu'on est dans les temps encore et on a quand même travaillé au départ avec Didier, avant cette mini tornade. On avait commencé à bosser, il suffit simplement de réactiver ce qu'on avait mis en place.Pendant une semaine, l'OM a été encore au centre de la France du foot, et pas forcément à son avantage...Ce qui me gêne c'est que pendant quatre ans et demi on a donné la meilleure image possible et on s'est aperçu qu'il y avait une fragilité. C'est aussi le club qui veut ça, c'est un club médiatique, dès qu'un problème se crée, il emporte tout sur son passage et on s'aperçoit que ça reste très fragile quoi qu'il arrive. La solution a été trouvée aujourd'hui, c'est un incendie qui est éteint et il faut passer à autre chose. La structure du club est saine et propre, c'est ce qui va permettre à tout le monde de bien travailler, heureusement pour tout le monde.