Anigo, l'éloge de la raison

  • A
  • A
Anigo, l'éloge de la raison
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - José Anigo ne fait pas du titre de champion de France un objectif déclaré.

LIGUE 1 - José Anigo ne fait pas du titre de champion de France un objectif déclaré. On a connu José Anigo plus volubile. Malgré les trois victoires consécutives de son club en Championnat et la - relative - faible marge qui le sépare de Bordeaux (6 points), le directeur sportif de l'OM ne s'enflamme pas et ne fait pas du titre de champion de France un objectif déclaré. "Nous, on a plus très envie de se positionner pour être un prétendant au titre. Maintenant, on n'a pas oublié qu'on a un effectif bâti pour et qu'on a une équipe qui monte en puissance, a-t-il confié dans Europe 1 Foot, lundi. On a mis du temps à trouver notre homogénéité car on avait beaucoup de nouveaux joueurs. Il y a une forme d'équilibre qui est en train de se faire. Et si on enlève toute sorte de pression, on fera peut-être partie des équipes qui auront leur mot à dire pour ce titre de champion." "Je ne sais pas si on fait peur" L'OM, qui vient d'aligner deux succès 3-1 en trois jours (à Copenhague en Ligue Europa et face à Nancy, en Championnat), a l'habitude de finir ses saisons vite et fort. Cela semble encore se confirmer cette année. "On est dans une bonne période, même si, globalement, depuis le début de l'année, on a fait une bonne entame, mis à part le match à Montpellier et celui à Lens, où il y avait eu beaucoup de changements. Après, je ne sais pas si on fait peur. On a envie d'être dans les 4-6 équipes de tête, dans ce groupe qui semble se détacher. C'est là-dedans qu'il va falloir chercher le champion, ou les qualifiés pour la prochaine Ligue des champions." Réservé sur les ambitions réelles de son équipe, José Anigo se méfie des dithyrambes adressés aux anciens honnis de l'attaque de l'OM, Lucho Gonzalez et Hatem Ben Arfa. "Lucho, on a été excessif avec lui dans le négatif, insiste-t-il. C'est un joueur de très bon niveau européen, c'est un garçon adorable et tellement bon. Hatem, c'est la même chose. On lui tirait trop dessus avant la trêve. Mais malgré les critiques positives, il a encore beaucoup de choses à faire et à prouver." Fort de sa belle série de succès et de la forme affichée par ses individualités, l'OM aborde le clasico de dimanche prochain dans la peau du favori, mais sans aucune arrogance. "Ce genre de match, même une équipe qui n'est pas très bien, elle va trouver une motivation pour se dépasser, c'est un match particulier, il faut vraiment l'avoir vécu pour s'en rendre compte." Et José Anigo en a déjà vécu des clasicos...