Anelka, titulaire novice

  • A
  • A
Anelka, titulaire novice
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Le joueur de Chelsea va disputer sa première Coupe du monde.

EQUIPE DE FRANCE - Le joueur de Chelsea va disputer sa première Coupe du monde."Même quand il y a 60.000 blessés, Raymond Domenech ne me prend pas. [...] Je pense que je ne reviendrai pas en bleu tant qu'il sera en place." Ce jour-là, Nicolas Anelka s'est enfoncé l'orteil dans la cornée jusqu'au genou. Jamais, il y a cinq ans, l'enfant terrible du football français n'aurait imaginé le scénario qui va se jouer en Afrique du Sud. Son passé en pointillés avec l'équipe de France l'avait déjà convaincu que sa carrière ne prendrait plus aucune dimension internationale. Lui le recalé de 1998, l'auteur d'un doublé à Wembley en 1999, le vainqueur de l'Euro 2000, l'oublié de 2002, le banni de 2004, l'absent de 2006, s'était fait une raison. Ses orientations de carrière pour le moins surprenantes à Manchester City et Fenerbahçe l'avaient tellement égaré aux yeux de tous que plus personne ne le voyait revêtir le maillot tricolore un jour. C'est pourtant en tant que titulaire qu'il va débuter la Coupe du monde 2010. Avec l'approbation de Raymond Domenech lui-même !Avec l'âge, Nicolas Anelka est enfin parvenu à une relation apaisée avec l'équipe de France. Epanoui à Chelsea, il se montre depuis trois ans comme l'un des principaux animateurs du jeu offensif des Bleus par sa technique et ses déplacements. C'est d'abord sur le flanc droit de l'attaque qu'il s'est fait une place, avant de prendre l'axe et de repousser Thierry Henry sur la gauche. Un Thierry Henry qui, à l'aube du premier Mondial sur le sol africain, s'assoit désormais sur le banc... Mais n'allez surtout pas croire que le buteur des Blues fait l'unanimité. Propulsé par Raymond Domenech en pointe de son dispositif en 4-3-3 depuis trois matches, il n'a pas encore convaincu les sceptiques."On veut aller au bout"Cette fois, ce ne sont plus ses déclarations provocatrices qui lui valent le désamour des observateurs mais bien ses qualités sur le pré. Censé tenir un rôle de point de fixation dans le nouveau schéma tactique des Bleus, Nicolas Anelka essuie nombre de critiques pour sa propension à reculer et à venir jouer le ballon un voire deux crans trop bas. Au point que certains souhaitent déjà le voir remplacé par André-Pierre Gignac ou Djibril Cissé, sinon par Thierry Henry... "C'est un faux débat, le défend son coéquipier à Chelsea, Florent Malouda. On reproche souvent à Nico de décrocher mais c'est un rôle ingrat dans le 4-3-3. Il est appelé à décrocher pour libérer des espaces."Pour clouer le bec aux mauvaises langues, Nicolas Anelka n'a qu'une seule alternative: réussir une grande Coupe du monde. Sa première et sans doute sa dernière, à trente-et-un ans. Pas simple car son profil de joueur polyvalent (14 buts en 66 sélections) ne répond pas vraiment aux critères du buteur hors pair que les soixante millions de sélectionneurs souhaitent voir briller en attaque. Lui ne s'arrête pas à ça. "On ne veut pas seulement participer, on veut aller au bout, a-t-il déclaré dans le Canal Football Club. On a tous envie de tout casser et on espère faire taire les critiques sur l'équipe de France et aller le plus loin possible." Au moins, tout le monde sera d'accord.