Anelka: "La France, c'est un pays hypocrite"

  • A
  • A
Anelka: "La France, c'est un pays hypocrite"
Partagez sur :

FOOTBALL - Dans une interview accordée au site internet 20 minutes.fr, Nicolas Anelka se confie sans complaisance.

Dans une interview accordée au site internet 20 minutes.fr, Nicolas Anelka se confie sans complaisance.Enfant terrible du football, longtemps cible des critiques des médias, Nicolas Anelka semble, à 30 ans, plus épanoui que jamais avec Chelsea. Oublié Nicolas l'introverti, l'international français assène ses vérités sans complaisance dans une interview accordée au site 20minutes.fr, mercredi.A l'aise dans sa vie londonienne, l'attaquant des Bleus n'envisage certainement pas de retour dans un club français. "J'aimerais bien habiter en France, mais ce n'est pas possible. On sait pourquoi, niveau fiscalité... [...] Je ne veux pas jouer au foot et payer 50% de ce que je gagne. L'argent que j'ai, il est pour mes enfants (il est père d'un garçon né en juin 2008, ndlr). Si je peux leur offrir quelque chose, je le ferais là où il n'y a pas de fiscalité. [...] Si certains sont choqués tant pis. Mais la France, c'est un pays hypocrite", juge-t-il lui qui a connu des déboires avec son clan familial, au cours de ses transferts successifs. Arsène Wenger l'avait qualifié de "mercenaire" du football lors de son passage d'Arsenal au Real Madrid en 1999.Un rapport à l'argent que le natif de Versailles (Yvelines), qui a grandi à Trappes, affiche désormais sans complexe depuis qu'il évolue à l'étranger. En France "où il y a un problème avec l'argent", ce n'était pas possible. "A l'époque (du PSG, ndlr), j'avais une Ferrari. J'avais 20 ans. Beaucoup de gens ne l'ont pas accepté. [...] Je ne comprends pas. J'ai les moyens de le faire. [...] Que ça puisse choquer les gens qui ne touchent pas beaucoup d'argent en France, OK. Pourtant, en Espagne et en Angleterre, les gens qui ont de grosses voitures ne se cachent pas là-bas. C'est faible dans la tête de réagir comme ça. Mais c'est typiquement français", regrette Nicolas Anelka.Une fin de carrière au Qatar ?Revenu au premier plan sportif avec son club de Chelsea, en tête de la Premier League, l'ancien joueur du PSG forme avec Didier Drogba l'une des paires les plus efficaces d'attaquants Outre-manche cette saison. Une réussite qui n'est pas étrangère au changement de comportement du Français plus prolixe que par le passé. "J'aimerais bien signer encore trois ans de plus. Il me reste un an. Je me vois jouer jusqu'à 34 ans ici", confie Anelka.L'attaquant tricolore, revenu en grâce en équipe de France, a déjà un plan de carrière bien en tête. Avant de prendre sa retraite, il pourrait "partir au Moyen-Orient comme au Qatar, Abou Dhabi ou aux Etats-Unis. "Pourquoi mentir, je ne vais pas aller au Qatar pour jouer la Ligue des champions. De toute façon, ça n'existe pas. C'est la vérité", rétorque-t-il. Pourtant, Anelka n'exclut pas de s'engager auprès du club de ses débuts. "J'aimerais bien aider le PSG. Je ne sais pas dans quel rôle. Je ne sais même pas si je vais le faire"...