Anelka complètement à l'Est

  • A
  • A
Anelka complètement à l'Est
Partagez sur :

Paris, Madrid, Istanbul, Londres... et désormais Shanghai, Nicolas Anelka poursuit son voyage en ballon rond, s'essayant cette fois à un nouveau continent, histoire d'assurer ses vieux jours. Indésirable chez les Blues de Chelsea, l'attaquant de 32 ans se serait d'ores et déjà engagé pour deux saisons en faveur du Shenhua, club de Shanghai appartenant à l'élite du football chinois, la Chinese Super League. Avec un contrat juteux à la clef.

Paris, Madrid, Istanbul, Londres... et désormais Shanghai, Nicolas Anelka poursuit son voyage en ballon rond, s'essayant cette fois à un nouveau continent, histoire d'assurer ses vieux jours. Indésirable chez les Blues de Chelsea, l'attaquant de 32 ans se serait d'ores et déjà engagé pour deux saisons en faveur du Shenhua, club de Shanghai appartenant à l'élite du football chinois, la Chinese Super League. Avec un contrat juteux à la clef. A 32 ans, Nicolas Anelka a encore des fourmis dans les jambes et des envies d'ailleurs. Après avoir poussé son goût pour les horizons lointains jusqu'au Bosphore, aux confins du Vieux continent, l'intéressé est en partance pour une destination exotique à souhait: l'Extrême-Orient, et plus précisément Shanghai. Selon une information relayée dès jeudi soir par L'Equipe TV, l'international tricolore (69 capes endossées) aurait d'ores et déjà signé en faveur du Shenhua, club précurseur en matière d'ouverture aux exilés, hôte par le passé de joueurs emblématiques tels que Carsten Jancker (ex Bayern), Ruben Sosa (ex Lazio et Inter) ou Jorg Albertz (ex HSV). Mercredi déjà, le président de cette formation cantonnée au ventre mou du classement de la Chinese Super League depuis trois ans, sacrée championne deux fois par le passé en 1995 et 2003, assurait que le transfert était en bonne voie: "Nous travaillons désormais aux petits détails, précisait alors Zhu Jun dans les colonnes du Shanghai Daily. C'est un contrat compliqué rempli de clauses sportives mais aussi commerciales." Aujourd'hui l'affaire semble bel et bien entendue, le patron du club posant fièrement au côté de Claude Anelka, frère et agent de l'attaquant des Blues, sur un cliché diffusé via son compte Weibo, l'équivalent de Twitter en Chine. Nicolas Anelka se serait engagé pour les deux saisons à venir, à compter du mois de janvier et moyennant un contrat chiffré à plus de 170 millions de yuans - soit quelques 10 millions d'euros par an. Chelsea, qui a fait une croix sur son buteur français depuis qu'André Villas-Boas l'a écarté du groupe professionnel voilà une semaine, toucherait pour sa part une indemnité estimée à 500 000 euros, à six mois de l'expiration du bail londonien du Francilien de naissance. Alors que l'AC Milan, Tottenham, West Ham et nombre de franchises de MLS lui faisaient les yeux doux, Anelka a clairement préféré l'exotisme payant au challenge sportif. A moins que l'arrivée annoncée de Jean Tigana sur le banc du Shenhua Shanghai ait motivé son choix de découvrir un cinquième championnat, sous un neuvième maillot.