Anelka appuie là où ça fait mal

  • A
  • A
Anelka appuie là où ça fait mal
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant international s'est livré sur Orange Sport.

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant international s'est livré sur Orange Sport. S'il s'exprime rarement dans la presse, Nicolas Anelka n'est pas réputé pour avoir sa langue dans sa poche lorsqu'il se décide à parler. Au milieu des non-dits et des personnes formatées dans leur communication, l'international français détonne souvent par la franchise de ses propos. Surtout quand il s'agit d'évoquer le sujet le plus tabou du moment: l'équipe de France et son piètre niveau. Samedi soir sur le plateau d'Orange sport, le natif de Trappes n'a ainsi pas mâché ses mots, devant son ancien partenaire du Real Madrid, Christian Karembeu, au moment d'évoquer son ressenti sur le jeu actuel des Bleus. Calme et posé, l'attaquant de Chelsea a paru tout à fait conscient du malaise qui paralyse actuellement la sélection de Raymond Domenech. Sans pour autant remettre en cause une seule fois une éventuelle responsabilité des joueurs ou ses propres performances sous le maillot tricolore. "Je n'arrive pas à expliquer la mauvaise passe de l'équipe de France. On a pourtant les joueurs, les qualités pour faire quelque chose de bien. Mais on ne peut pas continuer à prendre des leçons de football comme contre l'Espagne. Au niveau du positionnement, de la tactique, de la confiance, les Espagnols n'ont rien à voir avec nous. Ils ont du jeu, ils savent où ils vont aller, par où ils vont passer... ils connaissent le football! C'était une D1 contre une D4, des pros contre des amateurs. On va devoir travailler pour trouver la solution, sinon on va partir au bout de trois matches." On l'a compris, Nicolas Anelka n'a pas digéré la défaite des Bleus face à l'Espagne, le 3 mars dernier (0-2), mais la nouveauté, c'est qu'il se décide à ouvertement tirer la sonnette d'alarme à deux mois de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Puni comme Malouda ? La remise en question du système tactique prôné (s'il y en a un...) par Raymond Domenech apparaît comme un nouveau désaveu pour un sélectionneur dont la cote de popularité est au plus bas. Comme l'avait été huit mois plus tôt, la prise de parole au nom du groupe de Thierry Henry pour critiquer le travail de l'ancien patron des Espoirs (par la suite démentie par l'intéressé au cours d'une interview provoquée sur le plateau du journal de TF1). L'ancien Parisien, pas vraiment brillant lors de ses dernières apparitions, semble en effet exonérer ses coéquipiers de leurs responsabilités dans la déroute subie au Stade de France face aux champions d'Europe. Pour recentrer une nouvelle fois le débat sur Domenech et sur ses difficultés à faire jouer ces individualités ensemble. "Il faut qu'on fasse quelque chose avant que la Coupe du monde commence," a conclu l'ancien joueur du Real Madrid. Des propos assez forts et qui ne manqueront pas de faire réagir un Raymond Domenech qui n'avait pas vraiment besoin de ça. L'attaquant français va-t-il payer ses déclarations lors des prochains mois, comme Florent Malouda, un temps mis au ban pour avoir exprimé publiquement ses remontrances quant à certains choix du sélectionneur ? La question mérite d'être posée au moment où la défense bleue soigne ses maux à l'infirmerie, tandis que ses attaquants se montrent très timides sur la scène européenne. En tout cas, les médias et les anciens internationaux ne sont plus les seuls à se poser des questions sur l'équipe de France...