Andy a fait le mur

  • A
  • A
Andy a fait le mur
Partagez sur :

Porté disparu, Andy Murray n'a plus joué depuis plus d'un mois. L'Ecossais, qui a souffert d'une blessure au poignet, avait visiblement aussi besoin de se vider la tête après son nouvel échec à Melbourne en finale d'une levée du Grand Chelem. Pas disponible pour aider la Grande-Bretagne au 3e échelon de la Coupe Davis le week-end dernier, l'Ecossais s'apprête à faire son retour cette semaine à Indian Wells. Dans quel état ?

Porté disparu, Andy Murray n'a plus joué depuis plus d'un mois. L'Ecossais, qui a souffert d'une blessure au poignet, avait visiblement aussi besoin de se vider la tête après son nouvel échec à Melbourne en finale d'une levée du Grand Chelem. Pas disponible pour aider la Grande-Bretagne au 3e échelon de la Coupe Davis le week-end dernier, l'Ecossais s'apprête à faire son retour cette semaine à Indian Wells. Dans quel état ? Combien de match a disputé Andy Murray depuis sa finale de l'Open d'Australie ? Un. Pour ne marquer que cinq jeux contre Baghdatis à Rotterdam début février. Près d'un mois et demi après son cuisant échec face à Djokovic en finale de l'Open d'Australie, l'Ecossais est aux abonnés absents. Il devait initialement se rendre à Dubaï mais une blessure au poignet, révélée sur son site internet, lui a fait changer ses plans. Il était en revanche apte pour défendre les couleurs britanniques face à la Tunisie en Coupe Davis le week-end dernier mais l'envie ne lui en a pas pris. Il faut dire que la Grande-Bretagne navigue au 3e échelon de la compétition par équipes... Et de la motivation, c'est sans doute ce qu'il faut aujourd'hui le plus au natif de Dunblane, affecté par sa troisième défaite en finale d'une levée du Grand Chelem. "Il faut que je trouve le bon équilibre, pour être certain d'être bien mentalement et être prêt à gagner", confiait-il récemment dans la presse. Éjecté du quatuor de tête par Söderling, Murray, ancien n°2 mondial en 2009, a donc débarqué sur la pointe des pieds à Indian Wells où débutera jeudi le premier Masters 1000 de la saison, lequel sera suivi comme son ombre par celui de Miami. Des points à gagner Murray aime jouer sur dur, notamment sur le ciment américain. C'est sur cette surface et ce continent qu'il a remporté quatre de ses six Masters 1000 à ce jour (Cincinnati 2008, Miami et Montréal 2009, Toronto 2010). Finaliste à Indian Wells en 2009, il y fut quart-de-finaliste l'an dernier avant d'enchaîner par une sortie d'entrée à Miami quelques jours plus tard. L'Écossais aura donc des points à gagner en mars, lui qui se trouve aujourd'hui plus loin du troisième mondial Djokovic (écart de 2085 points) que du huitième Roddick (écart de 1945 points). Mais au-delà de tout calcul mathématique, c'est le niveau de jeu que sera capable de produire le Britannique dans le désert californien qui laisse planer le doute. Sera-t-il capable de rapidement jouer son meilleur tennis après cette longue parenthèse ? Dans un tableau très relevé de 96 joueurs, avec la présence des dix meilleurs mondiaux, le temps de réadaptation à la compétition sera court. D'autant que ses principaux concurrents ont pour la plupart repris la raquette depuis quelques temps (Federer et Djokovic à Dubaï, Nadal en Coupe Davis). Les prochains jours diront si Murray a réussi, ou non, le deuxième lancement de sa saison.