Amodio et Joubert, 50 ans après

  • A
  • A
Amodio et Joubert, 50 ans après
Partagez sur :

Florent Amodio est champion d'Europe, suivi par Brian Joubert en argent ! Les deux Bleus ont réalisé une performance historique à Berne, puisqu'il s'agit seulement du deuxième doublé français aux championnats d'Europe, 50 ans après les deux Alain, Giletti et Calmat, en 1961 à Berlin. Si Amodio a confirmé son talent en gérant après un bon programme court, Joubert est revenu de loin, en - presque - champion.

Florent Amodio est champion d'Europe, suivi par Brian Joubert en argent ! Les deux Bleus ont réalisé une performance historique à Berne, puisqu'il s'agit seulement du deuxième doublé français aux championnats d'Europe, 50 ans après les deux Alain, Giletti et Calmat, en 1961 à Berlin. Si Amodio a confirmé son talent en gérant après un bon programme court, Joubert est revenu de loin, en - presque - champion. L'objectif était clair, affirmé par le DTN Xavier Sendra. "On y va conquérant avec l'espoir de remporter au moins un titre en danse, et si possible deux titres. Deux médailles, c'est un objectif qu'on peut facilement atteindre. Chez les garçons, le titre est aussi envisageable, soit avec Brian Joubert, soit avec Florent Amodio." Désormais, le patinage français sait donc qu'il est capable de répondre présent. Grâce aux trois médailles décrochées, la France obtient le meilleur bilan devant la Russie (une grande première), ainsi qu'une place de plus pour l'Euro 2012 en danse sur glace, chez les dames et en couples. Au lendemain du titre en danse de Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat, Amodio a décroché le titre du haut de ses vingt ans en fin gestionnaire, incroyablement mature pour son si jeune âge. Et Brian Joubert, virtuose et inaccessible sur le programme libre après sa contre-performance sur le court, a prouvé qu'il restait une bête de compétition. Surtout, cette double performance intervient lors d'une grande compétition, à la face d'une Europe qui a aujourd'hui compris que le patinage masculin était avant tout français. Pas extraordinaire sur la classe ou sur la technique, notamment par rapport à un Joubert royal sur son programme libre samedi, Amodio a assuré sur l'interprétation. Bien dans son corps et dans ses mouvements, le Franco-Brésilien n'a pris que la troisième place du libre avec 148,75 points, simplement pénalisé par une petite erreur sur un retournement. Mais le programme court lui avait déjà permis de faire la différence. Deux numéros 1 bis Une des autres stars de la soirée se nommait Michael Jackson. Smooth criminal et Don't stop til' you get enough pour Florent Amodio, Earth song, I can't let her get away et Smile pour Tomas Verner, les favoris avaient décidé de s'octroyer le soutien du roi de la pop. Le Tchèque s'en est un tout petit peu mieux servi, avec un score de 149,69 points sur le libre malgré une légère chute sur un triple axel qui aurait pu laisser penser à un jugement plus sévère. Alors que Brezina, deuxième après le court, s'était complètement loupé auparavant et que Van der Perren avait été trop tendre, le titre ne pouvait plus se jouer qu'entre Amodio et Verner, dernier à passer. Mais avec un score final de 226,86 points, contre 222,60 points pour le champion d'Europe 2008, le Français a profité de son excellent programme court qui lui avait permis de prendre la tête dès jeudi soir. Et la fête est donc complète avec la deuxième place de Joubert, 223,01 points au total et 152,57 points sur le seul libre. "On commençait à dire que j'étais numéro 2 français, que j'étais dépassé, nous indiquait Joubert une quinzaine de jours avant les championnats d'Europe. C'est vrai que Florent pousse beaucoup, mais je ne veux pas lui laisser ma place comme ça." Le triple champion d'Europe lui a laissé sa place, mais pas comme ça. Dans les faits, Joubert est effectivement redevenu le numéro 2. Mais au vu de sa vista dans le libre, il reste un numéro 1. Un numéro 1 bis, par contre.