Amalfitano: "Je monte en puissance"

  • A
  • A
Amalfitano: "Je monte en puissance"
Partagez sur :

Après des premières semaines difficiles, Morgan Amalfitano a gagné ses galons de titulaire à l'OM. L'ancien Lorientais savoure encore le succès arraché à Dortmund (3-2) mardi mais prévient tout relâchement au moment d'accueillir Bordeaux samedi lors de la 17e journée de Ligue 1. Pour lui, persévérer avec le même état d'esprit devrait permettre aux Olympiens de poursuivre leur redressement.

Après des premières semaines difficiles, Morgan Amalfitano a gagné ses galons de titulaire à l'OM. L'ancien Lorientais savoure encore le succès arraché à Dortmund (3-2) mardi mais prévient tout relâchement au moment d'accueillir Bordeaux samedi lors de la 17e journée de Ligue 1. Pour lui, persévérer avec le même état d'esprit devrait permettre aux Olympiens de poursuivre leur redressement. Morgan, face à Dortmund comme contre Caen et le PSG vous avez crevé l'écran. Voit-on enfin le vrai Morgan Amalfitano ? Je l'espère. C'est grâce au groupe que j'en suis là. Il faut un temps d'adaptation, plus ou moins long. Je pense que s'adapter à Marseille peut prendre un peu de temps. J'ai eu un temps d'adaptation en arrivant à Lorient, j'en ai un ici aussi. Le début de saison a été assez compliqué. Je retrouve les sensations que j'avais à Lorient, techniquement, mais surtout physiquement. En enchaînant les matches, c'est mieux pour moi. Physiquement, je me sens vraiment bien. Ça permet au reste de suivre, notamment techniquement. Ce que je ne réussissais pas au début de saison était dû, je pense, à un manque physique. Je n'avais pas l'habitude d'être remplaçant, c'était nouveau pour moi. Les choses se font petit à petit, à mon rythme. La victoire contre Dortmund va-t-elle encore vous faire franchir un palier ? Je pense que oui. Ce sont des matches comme ça qui vont nous permettre, et à moi aussi personnellement, de progresser. Faire des matches comme ça, c'est ce qui va permettre de franchir un palier, maintenant je pense que je suis en train de monter petit à petit en puissance. Comment avez-vous vécu cet incroyable scénario ? En première mi-temps, on ne fait pas ce qu'il faut, on les a laissé jouer. En deuxième mi-temps, on avait d'autres intentions. Mais bon, il va falloir faire attention car ce ne sera pas toujours évident de marquer trois buts. Remonter au score comme ça et mettre ce troisième but, c'est du bonheur, c'est exceptionnel. C'est fort et c'est très dur à expliquer. C'est sans doute un de mes plus beaux souvenirs de footballeur. Vous y avez crû, même menés 2-0 ? La preuve que oui, sinon je pense que dans nos têtes, on aurait lâché. Personnellement, je ne me suis jamais dit que c'était mort, ça c'est sûr, et je pense que tout le collectif, c'est pareil, sinon on en aurait pris cinq. Remonter comme ça, on l'a déjà fait quelques fois cette année. Il faut une grosse, grosse volonté pour marquer trois buts dans ce contexte. On a des ressources, je ne sais pas où on les trouve, mais elles sont là. Vous prenez goût au côté droit... On me pose cette question depuis quatre ans. C'est sûr que l'on y prend goût à un moment donné. Quand un collectif marche bien, on prend plus de plaisir. C'est aussi un nouveau poste pour moi en 4-3-3. Je me suis déjà adapté à Lorient dans un collectif rigoureux, je ne vois pas pourquoi ça ne le ferait pas ici. "On doit se remettre au travail." Avez-vous douté dans ce début de saison difficile ? Douter, non ! Je travaille beaucoup, après, c'est dans la tête. Il y a sans doute besoin de mettre un but ou une passe. Franchement, je n'ai pas douté plus que ça, je savais très bien que ça allait arriver. Vous êtes arrivé libre de Lorient. Ça vous permet de jouer plus libéré que l'OM n'ait pas fait un gros investissement en vous recrutant ? Non, pas forcément. C'est vrai que j'étais libre et si dans quelques années, l'OM peut faire quelque chose en me revendant, cela voudra dire que ça a bien marché. Vous allez être préposé aux coups de pieds arrêtés à l'OM maintenant ? C'est en les frappant et en prenant l'habitude de les tirer que ça va aller. Je vais prendre le ballon, oui. Samedi, c'est le retour au pain quotidien du championnat face à Bordeaux. Vous faudra t-il neuf points dans les trois prochains matches pour passer de bonnes fêtes ? Oui, au vu de notre classement, c'est certain. Comment abordez-vous ce match face à Bordeaux après toutes ces émotions ? On a essayé de récupérer. On est sur un gros rythme depuis Paris. On sait qu'il ne faut pas lâcher parce que c'est très important. Si on continue dans cet état d'esprit sans s'occuper des autres, à mon avis, on avancera. On sait que Bordeaux va mieux, il faut prendre ce match très au sérieux et c'est là que l'on doit être forts mentalement pour repartir sur ce match. On est à domicile, on est chez nous, on doit être maître. La décompression est normale sur les deux premiers jours, mais là on doit se remettre au travail.