Alonso se méfie de Schumacher

  • A
  • A
Alonso se méfie de Schumacher
Partagez sur :

A l'occasion de sa première conférence de presse de l'année, Fernando Alonso a surpris son monde en jugeant Michael Schumacher comme son principal rival pour la saison à venir. Le double champion du monde est également revenu sur le ménage fait par Ferrari pendant l'hiver, son entente avec Felipe Massa et sur la nouvelle saison qui débutera le 13 Mars à Bahreïn.

A l'occasion de sa première conférence de presse de l'année, Fernando Alonso a surpris son monde en jugeant Michael Schumacher comme son principal rival pour la saison à venir. Le double champion du monde est également revenu sur le ménage fait par Ferrari pendant l'hiver, son entente avec Felipe Massa et sur la nouvelle saison qui débutera le 13 Mars à Bahreïn. "Si je dois citer aujourd'hui un nom, je dirais Michael (Schumacher)". Fernando Alonso, dont personne ne savait s'il fallait le prendre au sérieux, se méfie du septuple champion du monde. Le pilote espagnol, qui participait à la conférence de presse organisée par Ferrari pour la 21e édition de Wrooom, estime que l'Allemand n'a rien perdu de ses qualités. "Même si en 2010, il a fait une mauvaise saison, il est sept fois champion du monde, il n'a pas oublié comment piloter, et il n'a rien à perdre". Ces mots confirment en tout cas que Fernando Alonso compte sur Michael Schumacher dans la course pour remporter des Grands Prix cette saison. Le pilote de l'écurie Mercedes avait déclaré fin décembre sur son site officiel que "l'objectif est de lutter pour le championnat du monde. Nous sommes Mercedes ! Même s'il s'agit d'un projet de trois ans, il serait plus agréable de le faire tôt". Fernando Alonso semble en tout cas prendre l'ancien pilote Ferrari très au sérieux. Cette année encore, le Taureau des Asturies voit une lutte entre les cinq champions du monde. "Mes rivaux seront les champions du monde sur McLaren, Red Bull et Mercedes", affirme-t-il. Il estime également que le tenant du titre, Sébastian Vettel, "sera fort. En 2009 il termine vice-champion, et l'an passé il a remporté le titre malgré tous les problèmes rencontrés. Cette saison il aura plus d'expérience, sera plus calme, il est maintenant champion et aura une voiture compétitive", a-t-il déclaré. "Confiance totale en Massa" Concernant son coéquipier Felipe Massa, le double champion du monde (2005 et 2006) a affirmé qu'ils avaient une relation "parfaite". "Nous skions ensemble et nous jouons au poker le soir. Nous avons quinze jours de tests, quand je ne serais pas au volant je devrais suivre ses performances à travers les moniteurs. Je dois avoir une confiance totale en son travail, il s'agit d'avoir un pilote en deux personnes". Il ajoute qu'il aimerait que le Brésilien soit son premier concurrent pour le titre car "cela signifierait que nous avons la meilleure voiture". A propos de Valentino Rossi, neuf fois champion du monde de moto, en Formule 1, et d'un possible duel entre les deux hommes sur deux ou quatre roues, Alonso a répondu que tout était possible (bien que fortement improbable). "Il est très sympathique, c'est un pilote exceptionnel, je crois le meilleur de tout l'histoire de la moto car ça ne va pas être facile de répéter ce qu'il a fait. Nous avons eu ici l'opportunité de discuter et travailler un peu. Pour décembre, il pourrait avoir une surprise". Et Ferrari dans tout ça ? "Ferrari est concentrée à faire du bon travail pour obtenir le titre des pilotes et des constructeurs", a assuré l'Espagnol. La fin de saison 2010 avait était plutôt tendue entre l'écurie et Alonso, après le fiasco d'Abu Dhabi où le cheval cabré était passé totalement à côté de son dernier Grand Prix, laissant ainsi filer un titre mondial des pilotes. Sur la question de cette ultime course de la saison 2010, le pilote ibérique répond du bout des lèvres. "On gagne ensemble et on perd ensemble, parler après la course c'est très facile. La semaine d'après plus personne ne pensait à Abu Dhabi". Concernant le sérieux coup de balai qui a suivi au sein de la Scuderia Ferrari, il pense que "tous les changements sont faits pour améliorer l'équipe. J'ai connu Pat Fry quand j'étais chez McLaren, et j'espère que tout fonctionnera bien". Il n'y a pas de raison...