Alonso ressuscite Ferrari

  • A
  • A
Alonso ressuscite Ferrari
Partagez sur :

Discrètes en qualifications, les Ferrari ont affiché un net regain de performance lors du Grand Prix de Turquie. Au terme d'une course animée, Fernando Alonso a même offert à la Scuderia son premier podium de la saison: l'Espagnol s'est classé troisième, derrière Sebastian Vettel et Mark Webber. Longtemps deuxième, il n'a cédé aux assauts de l'Australien qu'à sept tours de l'arrivée.

Discrètes en qualifications, les Ferrari ont affiché un net regain de performance lors du Grand Prix de Turquie. Au terme d'une course animée, Fernando Alonso a même offert à la Scuderia son premier podium de la saison: l'Espagnol s'est classé troisième, derrière Sebastian Vettel et Mark Webber. Longtemps deuxième, il n'a cédé aux assauts de l'Australien qu'à sept tours de l'arrivée. "Alonso nous a étonnés. Il va falloir qu'on le surveille !" Ingénieur d'exploitation de Sebastian Vettel, le Français Guillaume Rocquelin ne prend pas de gants au micro de TF1, juste après la fin de la course. Le champion du monde en titre vient de s'imposer, Red Bull a réalisé le doublé. Mais juste derrière, Ferrari et Alonso affichent de réels progrès. L'écurie au cheval cabré était pourtant à la peine depuis le début de la saison. Le résultat des qualifications sur le circuit de l'Istanbul Park ne laissait pas présager du mieux: cinquième place sur la grille pour le Taureau des Asturies, dixième pour Felipe Massa. Pas top... Dès le premier tour, Alonso profite d'une erreur de Lewis Hamilton (un passage dans le bas-côté suite à une tentative ratée de dépassement) pour se hisser au quatrième rang. Au septième passage, il réussit à venir à bout de Nico Rosberg sur la piste. Au vingt-neuvième, après deux changements de pneus, le pilote Ferrari s'offre le scalp de Mark Webber, qui oppose étonnamment peu de résistance. Solidement installé en deuxième position, Alonso signe des temps au tour comparables à ceux des pilotes Red Bull. 30" d'avance sur Hamilton Ce n'est qu'après son quatrième arrêt au stand (effectué au 46e tour) qu'il voit Mark Webber fondre sur lui. Lorsque l'Australien passe à l'attaque, l'Espagnol résiste. Mais Webber insiste. La RB7 et la F150° se retrouvent côte-à-côte avant que Webber ne finisse par prendre l'avantage. Pour autant, Alonso ne s'avoue pas vaincu et tente de repasser dans le tour suivant. Deux assauts qui échouent: le double champion du monde termine donc troisième, avec 30 secondes d'avance sur Hamilton. De son côté, Felipe Massa a aussi été au coeur de belles passes d'armes, avec Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Jenson Button. Grimpé au quatrième rang un peu avant la mi-course, il était sixième avant son troisième arrêt (effectué au 34e tour). Mais dans la 35e boucle, il fait une excursion hors piste. Au 46e passage, son quatrième arrêt se passe mal. La roue arrière droite reste bloquée, une poignée de secondes est perdue. Au final, le Brésilien échoue au 11e rang, à la porte des points. Sur les trois premières épreuves de la saison, Ferrari n'avait pas pu faire mieux qu'une quatrième place: celle d'Alonso en Austalie. S'il serait exagéré de dire que la Scuderia est revenue au niveau de Red Bull, elle a certainement fait un gros pas en avant... qui demande à être confirmé dans deux semaines, en Espagne.