Alerte rouge sur le Rocher

  • A
  • A
Alerte rouge sur le Rocher
Partagez sur :

Reporté à mardi soir en raison des intempéries qui ont touché le sud-est de la France ce week-end, le match entre Monaco et Bordeaux est l'occasion pour les joueurs de Guy Lacombe d'évacuer les doutes. Avant-derniers de Ligue 1, l'ASM sera quoiqu'il arrive encore relégable à l'issue de cette 11e journée. Mais une victoire soulagerait un club en panne de succès depuis le 29 août.

Reporté à mardi soir en raison des intempéries qui ont touché le sud-est de la France ce week-end, le match entre Monaco et Bordeaux est l'occasion pour les joueurs de Guy Lacombe d'évacuer les doutes. Avant-derniers de Ligue 1, l'ASM sera quoiqu'il arrive encore relégable à l'issue de cette 11e journée. Mais une victoire soulagerait un club en panne de succès depuis le 29 août. "C'est souvent dans la douleur qu'un groupe se forme." Guy Lacombe espère toujours que ses joueurs vont se relever d'un début de saison bien terne qu'une qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue, obtenue la semaine passée aux dépens de Lorient (1-1, 5 t.a.b. 3), n'a pas effacée. Mais à l'aube de recevoir Bordeaux au stade Louis-II, ce mardi soir pour le compte de la 11e journée de Ligue 1, les raisons d'y croire sont minces. Elles l'étaient tout autant ce week-end, quand la pluie a convaincu M. Lannoy, de reporter les débats. Dix-neuvièmes du classement et en panne de victoire en championnat depuis le 29 août dernier, date de leur succès à domicile contre Auxerre (2-0), les Monégasques seront de toute façon encore relégables après la rencontre face aux Girondins puisque Nice, premier club hors de la zone rouge, compte déjà quatre longueurs d'avance. Autant dire qu'il y a urgence. Les raisons de ce départ très poussif sont nombreuses. Avec sept buts inscrits jusqu'ici, l'ASM possède l'avant-dernière attaque de l'Hexagone. Seul Arles-Avignon fait pire. En cause, l'animation. Le départ au PSG de Nenê, "sur qui l'équipe s'appuyait beaucoup" selon Marc Keller interrogé dans Nice-Matin, en est en partie responsable. Les blessures de Traoré, Muratori, Mangani ou Niculae n'ont fait que compliquer davantage la tâche de Guy Lacombe. Quant aux arrivées tardives de Mbokani ou Bonnart et à la méforme de Coutadeur, elles n'ont évidemment pas aidé l'entraîneur de l'ASM à ficeler son effectif pour le rendre compétitif d'entrée. Keller: "On ne peut pas juger après dix matches""On est relégable et ce n'est pas une situation qui nous plait. Mais on a un bon effectif, de bons joueurs, estime malgré tout le directeur général du club. Mais on est jamais à l'abri de traverser trois ou quatre matches difficiles." Pour l'instant, la série en cours est plus longue, Monaco n'ayant plus gagné en Ligue 1 depuis six rencontres. Mais Marc Keller reste persuadé que l'équipe de la Principauté peut remonter la pente: "On ne peut pas juger après dix matches. Il y aura des bilans à faire mais en attendant, il faut traverser cette mauvaise période [...], faire le dos rond et reprendre confiance." Pas simple, vu le contexte. Une chose est sûre, la réponse appartient aux joueurs."La confiance vient avec les efforts", ajoute d'ailleurs Guy Lacombe, qui serait dit-on embarrassé par sa situation contractuelle, le coach azuréen étant lié à l'ASM jusqu'en juin prochain. "C'est un entraîneur passionné, un homme très expérimenté qui a plus de 400 matches en Ligue 1. On voit le travail qu'il fait au quotidien, on connait son investissement mais ce n'est pas le bon timing (pour le prolonger), reconnait Marc Keller. Ce n'est pas de la défiance, c'est du bon sens." Au classement, Monaco aimerait le retrouver.