Ajaccio, encore un nouveau leader

  • A
  • A
Ajaccio, encore un nouveau leader
Partagez sur :

Les journées de Ligue 2 se succèdent, les leaders aussi. Vendredi, à l'occasion de la 28e journée, c'est cette fois Ajaccio qui s'est emparé seul de la tête du classement, à la faveur de son succès (2-0) face à Reims. Le Havre, tenu en échec (1-1) à Sedan, et Evian, battu (0-3) à Angers, ont en effet raté le coche. En bas de classement, Grenoble, battu par Laval (1-2), s'enfonce, alors que Vannes et Nîmes respirent encore.

Les journées de Ligue 2 se succèdent, les leaders aussi. Vendredi, à l'occasion de la 28e journée, c'est cette fois Ajaccio qui s'est emparé seul de la tête du classement, à la faveur de son succès (2-0) face à Reims. Le Havre, tenu en échec (1-1) à Sedan, et Evian, battu (0-3) à Angers, ont en effet raté le coche. En bas de classement, Grenoble, battu par Laval (1-2), s'enfonce, alors que Vannes et Nîmes respirent encore. C'est ce qu'on appelle une hiérarchie non établie. A dix journées de la fin de la saison, la Ligue 2 se cherche encore un véritable leader, capable d'enchaîner les victoires et de s'affirmer comme le véritable patron de la deuxième division. Un jeu de dupes qui pourrait bien profiter à un outsider, parmi lesquels l'AC Ajaccio. Emmené par son duo d'attaquants Rivière-Socrier, le club corse poursuit son petit bonhomme de chemin, et s'empare donc seul de la tête du classement. Jean-François Rivière (39e) et Richard Socrier (45e +2), qui inscrivent respectivement leurs 9e et 11e but de la saison dans les cinq minutes qui précèdent la mi-temps, permettant à l'ACA d'aborder la seconde période dans les meilleures dispositions. Une seconde période qui verra le Stade Rémois tenter tant et plus de revenir, mais les multiples frappes champenoises sont hors-cadre, ou repoussées par un Thierry Debès encore solide. Et c'est finalement sur coup de pied arrêté que Fousseni Diawara clôt la marque (80e), enterrant les espoirs rémois. Le maintien n'est pas encore acquis. Le maintien, tel était l'objectif ajaccien la saison passée, les Acéistes ayant terminé l'exercice précédent à cinq points seulement de la relégation. Alors, cette première place, aussi symbolique soit-elle, les Corses la prennent bien volontiers, d'autant qu'elle survient une semaine après un match difficile tant par son résultat (0-2) que par son contenu à Nantes, où une bagarre générale avait éclaté. Nul doute qu'en guise de bagarre, les Ajacciens préfèrent nettement celle dans laquelle ils sont engagés, bien malgré eux, celle pour le titre. Le Mans n'avance plus Car Le Havre, Evian et Le Mans, tous trois potentiels leaders, ont tous trébuché vendredi soir. La plus grosse contre-performance est à mettre à l'actif du promu savoyard, pourtant leader avant cette 28e levée. Evian s'est en effet lourdement incliné (0-3) sur le terrain d'un SCO d'Angers réaliste, et qui enchaîne avec un onzième match sans défaite. Renouard (4e), Dore (32e) et Gomez (78e) sont les bourreaux d'Evian-Thonon Gaillard, en même temps qu'ils permettent à leur club de se replacer dans la course à la montée, le podium n'étant plus qu'à cinq longueurs. Le Havre (1-1), et Le Mans (0-0), ont pour leur part tous deux été tenus en échec à l'extérieur. Les Normands peuvent s'en vouloir, car Hassane Alla avait ouvert le score sur penalty (16e), mais Abdoulay Diaby, jeune milieu de terrain formé au club, a égalisé en faveur de Sedan. Ce choc de haut de tableau n'accouche donc pas de vainqueur, à l'image de l'opposition entre Clermont et Le Mans. Pourtant, le duel de buteurs annoncé entre Sloan Privat et Thorstein Helstad, respectivement 15 et 16 buts, était prometteur. Peine perdue, aucun des deux gâchettes n'aura trouvé la faille, malgré plusieurs occasions en faveur du Clermontois. Pour Le Mans, cela fait maintenant cinq matches consécutifs sans victoire. Pas au meilleur des moments. Dans cette lutte de buteurs, la bonne affaire a donc été réalisée par Sebastian Ribas. Le buteur dijonnais a porté son total à seize réalisations, en même temps que son club vers un succès (2-1) face à Metz qui lui permet de recoller au podium, à trois points seulement. Grenoble, la défaite de trop? Trois points, c'est justement ce qu'a laissé échapper Grenoble, dans un match qu'il ne fallait pourtant pas perdre. Les Isérois menaient grâce à Marque (35e), mais un coupable relâchement a permis à Makiese d'égaliser dans la foulée (37e), avant que Lindsay Rose n'enterre les espoirs grenoblois (65e). Car cette nouvelle défaite, la 16e, est peut-être celle de trop, les adversaires direct pour le maintien s'étant pour la plupart rebellés. Ainsi, Vannes est allé s'imposer logiquement sur la pelouse de Châteauroux (0-2), alors que Nîmes a vaincu Istres sur le même score (2-0). Grenoble accuse désormais sept points de retard sur Nîmes, premier non relégable.