Agnel la joue solo

  • A
  • A
Agnel la joue solo
Partagez sur :

Fin du débat sur le relais 4x100 mètres nage libre au programme dimanche de la première journée des Mondiaux de Shanghai. Sauf surprise, Yannick Agnel fera l'impasse sur cette course, comme il l'envisageait depuis plusieurs semaines, pour se concentrer sur ses épreuves individuelles et notamment le 400m programmé le même jour. Un choix assumé par l'intéressé et validé par tous.

Fin du débat sur le relais 4x100 mètres nage libre au programme dimanche de la première journée des Mondiaux de Shanghai. Sauf surprise, Yannick Agnel fera l'impasse sur cette course, comme il l'envisageait depuis plusieurs semaines, pour se concentrer sur ses épreuves individuelles et notamment le 400m programmé le même jour. Un choix assumé par l'intéressé et validé par tous. C'était la question à 60.000 yuans: qui composerait le relais 4x100 mètres nage libre dimanche ? A la veille de s'envoler pour Singapour, où l'équipe de France a tenté, le temps d'un stage, de raviver l'esprit de Budapest mis à mal par les déclarations des uns et des autres, le suspense demeurait. Avec un gros doute sur la participation de Yannick Agnel qui, droit dans ses bottes malgré les remontrances d'Alain Bernard, maintenait son désir de privilégier ses épreuves individuelles (400 et 200m nage libre) pour sa première participation à des Mondiaux. Deux jours après avoir posé le pied à Shanghai, les principaux concernés par ce relais, en élèves disciplinés après avoir été rappelés à l'ordre par une direction technique qui n'a guère goûté les polémiques ayant parasité l'Open EDF, auront longtemps ménagé le suspense autour de cette composition de tous les fantasmes. Premier à ouvrir le défilé au pas de charge devant la presse ce vendredi, Bernard, l'homme par qui la polémique avait pris de l'ampleur, est d'abord resté évasif - "On a décidé de qui allait nager et dans quel ordre pour que ce relais soit le plus performant possible. A nous d'y aller de bon coeur" - avant de lâcher une première information: "Je suis prêt à assumer la responsabilité de partir au start". Et d'un ! Derrière lui, Agnel a lui aussi hésité avant de plonger: "Ce qui est sûr, c'est que le matin, ça ne le fera pas. Tant mieux pour mon 400, c'est beaucoup mieux comme ça. L'après-midi, pour le moment, je ne peux pas en dire plus." Si ce n'est qu'il se mettait au service du relais "en tant que remplaçant"... Le Niçois hors jeu, c'est Jérémy Stravius, tout heureux de l'annoncer lui-même, qui prend du galon et intègrera en séries pour la première fois ce relais avec la ferme intention de garder sa place pour la finale. Bousquet se tient prêt, au cas où... Engagé sur 50 mètres papillon dimanche (séries le matin et demi-finales l'après-midi), Frédérick Bousquet, sixième homme dans la hiérarchie de Strasbourg de ce relais, semblait lui tellement se complaire dans un rôle d'éventuel joker que l'identité des deux autres relayeurs ne faisait alors plus de doute, chacun ayant compris que Fabien Gilot et William Meynard, les deux représentants tricolores sur 100m, seraient mis à contribution à la fois en séries et en finale. Restait à savoir dans quel ordre... Un secret entretenu par Denis Auguin, entraîneur d'Alain Bernard, pas décidé à offrir aux Etats-Unis ou à l'Australie la moindre piste. Romain Barnier, entraîneur du Cercle des Nageurs de Marseille, n'usera pas de cette précaution, déclarant: "L'ordre du matin, c'est Alain en premier, Jérémy en deuxième, William en troisième et Fabien en dernier. Je crois que c'est l'ordre du matin et on a eu l'autorisation de communiquer là-dessus", n'hésitait-il pas à balancer, au point de se mouiller en pronostiquant le même quatuor dans l'après-midi, allant ainsi à l'encontre de la prudence adoptée par Christian Donzé, le DTN. "Moi, j'adore cet ordre. C'était mon souhait depuis longtemps qu'il n'y ait pas de changement, car je trouve ça très difficile de faire rentrer un nageur directement l'après-midi comme ce fut le cas avec Fred en 2009", ajoutait Barnier en laissant cependant la porte ouverte à Agnel. Un avis tranché sur la question qui répondait alors à la franchise de Fabrice Pellerin, l'entraîneur d'Agnel à Nice, sur les chances de son poulain d'intégrer le relais: "Yannick ne nagera pas le 4x100, clamait-il sans tortiller. Je ne vois pas quel nageur, vu la densité aujourd'hui, accepterait de laisser sa place l'après-midi à Yannick. Ça serait déplacé. On ne peut pas demander à Yannick de s'imposer l'après-midi sans avoir nagé le matin. Ce serait malvenu et pour le coup, ça serait égoïste. Yannick fait là preuve de beaucoup d'altruisme et d'esprit d'équipe en disant: «Puisque je ne nage pas le matin, il n'y a pas de raison que je nage l'après-midi.» C'est assez digne de sa part sachant que, en faisant cela, il y a peut-être une belle médaille qui lui échappe. Ce sera à lui d'aller la chercher à titre individuel." On ne saurait que trop lui conseiller de l'attraper dès dimanche sur 400 mètres pour donner envie à ses camarades du relais de l'imiter dans la foulée. Pour clore pour de bon et en beauté ces questions.