Agnel coule d'entrée

  • A
  • A
Agnel coule d'entrée
Partagez sur :

Pour sa première participation à des Mondiaux chez les grands, Yannick Agnel a connu une grosse désillusion dès l'ouverture de l'épreuve ce mercredi matin dans le petit bassin de Dubaï. Le jeune prodige de la natation tricolore a calé lors des séries du 200 mètres nage libre. Crédité du 10e temps, le Nîmois a commis une erreur de jeunesse en partant trop lentement. Camille Lacourt, Jérémy Stravius, Hugues Duboscq, ainsi que les relayeurs et relayeuses du 4x100m et 4x200, ont en revanche assuré.

Pour sa première participation à des Mondiaux chez les grands, Yannick Agnel a connu une grosse désillusion dès l'ouverture de l'épreuve ce mercredi matin dans le petit bassin de Dubaï. Le jeune prodige de la natation tricolore a calé lors des séries du 200 mètres nage libre. Crédité du 10e temps, le Nîmois a commis une erreur de jeunesse en partant trop lentement. Camille Lacourt, Jérémy Stravius, Hugues Duboscq, ainsi que les relayeurs et relayeuses du 4x100m et 4x200, ont en revanche assuré. L'apprentissage est rude pour Yannick Agnel. Auteur il y a une semaine et demie à Chartres, lors des Championnats de France, de la troisième meilleure performance de l'année sur 200 mètres nage libre, le jeune Français est passé à la trappe dès les séries des Mondiaux de Dubaï sur la même distance ! Capable de nager en 1'41"96 dans l'Eure-et-Loir, le Nîmois a littéralement bu la tasse dans le petit bassin ce mercredi. Car, même si le niveau était très relevé, Agnel a bouclé ses huit longueurs en 1'43"51, soit plus d'une seconde moins vite que lors de son sacre national. Un temps, le dixième des vingt-cinq engagés, insuffisant pour se mêler à la lutte pour le titre mondial cet après-midi. Dans le désert des Emirats, le petit génie de la natation française a donc raté sa grande première dans un Championnat du monde chez les grands. A Rotterdam l'été dernier, lors de l'Euro en grand bassin, il avait été capable de faire retentir la Marseillaise dès la première journée, en raflant la mise sur 400 mètres nage libre. Quatre mois plus tard, lors de la première course de ces Mondiaux, le Français a connu une fortune totalement différente dont il va devoir assez vite se relever, la finale du relais 4x100 mètres nage libre étant également au programme du jour. Stravius mieux que Lacourt Reste que l'élimination d'Agnel est davantage due à une erreur de jeunesse qu'à un problème de niveau. L'élève de Fabrice Pellerin a s'est en effet montré beaucoup trop prudent dans la première moitié de sa course, avec un passage aux 100 mètres en 51"83, soit à plus de deux secondes de certains de ses plus grands rivaux. Malgré une accélération progressive, le mal était fait et le retard irrattrapable pour espérer finir dans les huit premiers. Pour 26 centièmes de seconde, le Français regardera donc la finale de loin, avec très certainement une petite boule au ventre quand l'on connaît ses capacités. Preuve qu'à 18 ans, et malgré des qualités hors normes, Agnel a encore des choses à apprendre. Les autres cadors tricolores à s'être jetés à l'eau ce matin ne sont eux pas passés au travers. Camille Lacourt, la nouvelle star de la natation française, a pris la septième place (51"34) tout en maitrise lors des séries du 100 mètres dos. Il sera accompagné dans l'après-midi en demi-finale de Jérémy Stravius qui a fait plus forte impression encore en réalisant le deuxième temps (50"63), à 45 centièmes néanmoins de l'impressionnant Russe Stanislav Donets. Hugues Duboscq a également assuré lors des séries du 100 mètres brasse, en se classant sixième des séries. Le Havrais, lui aussi appelé à revenir nager dans quelques heures, a nagé en 58"42, 82 centièmes moins vite que l'Italien Fabio Scozzoli. Enfin, les relais ont fait ce qu'il fallait lors des séries. Les filles (Ophélie Cyrielle Etienne, Coralie Balmy, Mylène Lazare et Camille Muffat), auteurs du quatrième temps sur le 4x200 mètres nage libre, et les garçons du 4x100m, qui doivent faire face à une grosse concurrence à Dubaï, ont validé leur ticket pour la finale. Boris Steimetz, Alain Bernard, William Meynard et Frédérick Bousquet ont eux signé le sixième chrono (3'09"97) des séries. Ce sera évidemment une belle chance de médaille cet après-midi, et l'occasion pour Agnel, qui fera son entrée dans le relais, d'effacer sa déception matinale.