Agbegnenou vaut de l'or

  • A
  • A
Agbegnenou vaut de l'or
Partagez sur :

Clarisse Agbegnenou a fait très fort. La pensionnaire du Judo club Escales a en effet remporté le Grand Prix d'Abu Dhabi ce lundi au terme d'une journée impeccable. Elle n'est pas la seule à briller puisque Marie Pasquet (-70kg), qui s'est offert le scalp de Meszaros et Chen, s'est hissée en finale tandis que Jossinet (-48kg) et Pavia (-57kg) ont terminé en bronze dimanche.

Clarisse Agbegnenou a fait très fort. La pensionnaire du Judo club Escales a en effet remporté le Grand Prix d'Abu Dhabi ce lundi au terme d'une journée impeccable. Elle n'est pas la seule à briller puisque Marie Pasquet (-70kg), qui s'est offert le scalp de Meszaros et Chen, s'est hissée en finale tandis que Jossinet (-48kg) et Pavia (-57kg) ont terminé en bronze dimanche. Il y a des tournois qui font le plus grand bien. Clarisse Agbegnenou a en tout cas montré ne nouvelle fois que la relève pointe le bout de son nez en équipe de France. De fait, si elle faisait partie de l'aventure mondiale en -63kg, elle n'avait pas réussi à répondre présente lors de l'événement parisien quand la taulière, Gevrise Emane l'avait emporté. Qu'importe, cela fait partie de l'acquisition de l'expérience au plus haut niveau. Et à Abu Dhabi, elle a de nouveau montré tout son potentiel. Dans une catégorie qui ne manque pas de talent, Agbegnenou n'a pas eu le temps de gamberger remportant quatre de ses combats par ippon. En finale face à l'Azéri Yusubova, elle a bien débuté en marquant yuko rapidement. Mais son adversaire a eu les ressources pour passer devant en marquant waza ari ! Toujours à l'attaque la Française va répondre en marquant également waza ari avant de finir au sol sur une immobilisation. Un succès qui vaut de l'or. Agbegnenou n'était pas seule car Marie Pasquet a également brillé. Et pourtant, elle n'avait pas un tableau très simple avec Marzok en entrée (ippon) puis surtout Meszaros qu'elle va sortir par ippon ! Bien partie, elle enchaîne en s'offrant la Chinoise Chen encore une fois par ippon. Trois cartons contre des têtes de série, difficile de faire mieux. Il restait toutefois une dernière marche face à Tachimoto. Rapidement menée (yuko sur o uchi gari), la Française n'a jamais trouvé la clé, cédant avant la mi-combat sur immobilisation. Bloquée par l'inévitable Lucie Décosse, Pasquet a toutefois montré qu'elle existe elle aussi au plus haut niveau international.