AG2R, seule rescapée

  • A
  • A
AG2R, seule rescapée
Partagez sur :

La France n'est pas totalement rayée de l'élite du cyclisme mondial. Il y aura bien une équipe Française parmi les 18 Pro Teams: AG2R. La formation de Vincent Lavenu a reçu ce lundi l'aval de l'UCI, aux dépens de Geox et Cofidis, qui devront se contenter d'une licence Continental, en compagnie d'Europcar, FDJ et Saur-Sojasun. Et ainsi se retrouver potentiellement à la porte des plus grandes courses.

La France n'est pas totalement rayée de l'élite du cyclisme mondial. Il y aura bien une équipe Française parmi les 18 Pro Teams: AG2R. La formation de Vincent Lavenu a reçu ce lundi l'aval de l'UCI, aux dépens de Geox et Cofidis, qui devront se contenter d'une licence Continental, en compagnie d'Europcar, FDJ et Saur-Sojasun. Et ainsi se retrouver potentiellement à la porte des plus grandes courses. C'est mieux que rien. On pouvait craindre que les formations françaises soient complètement absentes de la liste des Pro Teams de l'UCI. Finalement, AG2R devrait bien faire partie de l'élite du cyclisme mondial. L'instance internationale vient en effet de publier la liste des 18 équipes enregistrées en Première division pour la saison 2011, dont fait partie la structure de Vincent Lavenu. Toutefois, cette inscription au World Tour reste soumise à validation par la Commission des licences de l'UCI, pour les 18 heureux élus, le 10 décembre prochain. Comment les équipes ont-elles été choisies ? Pour 2011, l'UCI a décidé de revoir sa copie, et de se baser en priorité sur un barème sportif. Chaque formation candidate recevait un certain nombre de points pour les coureurs sous contrats en 2011, en se basant sur les résultats 2009 et 2010. Concrètement, les points obtenus par les frères Schleck ont été ajoutés au crédit de l'équipe luxembourgeoise, et non pas à celui de la Saxo Bank. Sur cette base, pondérée avec des critères antidopages (non précisés), l'UCI a établi un classement, publié le 2 novembre (voir : Le classement). Les 15 premières équipes étaient automatiquement éligibles pour une licence Pro Team, sous réserve d'acceptation du dossier (Budget, contrats, sponsors...). L'UCI se réservait le droit de sélectionner les trois dernières formations, parmi les équipes classées 16e à 20e (Euskaltel, Geox, Quick Step, Cofidis, et AG2R, dans cet ordre). Enfin, les équipes classées au-delà la 20e, comme FDJ ou Europcar côté Français, étaient automatiquement inscrites en Continental Pro. Ce lundi, elles ont été rejointes par Cofidis et Geox, alors qu'Euskaltel, AG2R, et Quick Step, malgré une saison en demi-teinte, s'en sortent de justesse. Quelles sont les conséquences ? Importantes, forcément. Les 18 Pro Teams sont automatiquement inscrites pour les épreuves du World Tour, nouveauté 2011, qui compile les épreuves du calendrier Pro Tour et celles dites historiques. En pratique, les formations Continental sont obligées d'obtenir des invitations (en nombre limité, généralement quatre), de la part des organisateurs, et se retrouvent donc potentiellement à la porte des (nombreuses) plus grandes dates du calendrier, de Milan-San Remo à la Vuelta, en passant par le Tour de Suisse. Une absence totale des équipes françaises aurait immédiatement entraîné une encore plus significative baisse du nombre de coureurs français au départ des grandes courses. Forcément malvenu à l'heure où le cyclisme tricolore, qui paye cash son absence de résultats, se cherche de nouveaux leaders. AG2R, et ses chefs de file, Nicolas Roche, Christophe Riblon ou encore Jean-Christophe Péraud, se retrouve donc dans une position bien plus confortable que ces homologues françaises. Cofidis, FDJ, Europcar, mais aussi Geox (Menchov, Sastre) devraient cependant obtenir un certain nombre d'invitations, notamment sur le Tour de France. Mais cela ne risque pas d'améliorer les résultats des formations françaises et de facto des cyclistes hexagonaux, qui sont peu à évoluer à l'étranger (Chavanel, Pineau, Le Mével, Sicard, Romain et Brice Feillu, principalement). En 2005, il y avait cinq formations françaises au sein du Pro Tour. Un lointain souvenir. Malgré ce coup porté à la fidélité et la solidité de structures comme Cofidis et FDJ, les équipes françaises vont devoir apprendre à gagner en dehors du Tour de France. Pour gagner leur place dans le nouveau système de l'UCI, visiblement plus enclin à favoriser à les formations au recrutement onéreux, voire sulfureux. Dès janvier, Vacansoleil, et donc Riccardo Ricco et Ezequiel Mosquera, feront partie intégrante du World Tour. Les 18 Pro Teams Rabobank, Garmin-Cervélo, Omega Pharma, Team Sky, Katusha, Lampre, Quick Step, AG2R, Saxo Bank, RadioShack, BMC, Euskaltel, HTC-HighRoad, Liquigas, Luxembourg Pro Cycling Project, Movistar, Astana et Vacansoleil. En Continental Pro Cofidis, Europcar, FDJ, Saur-Sojasun...