Afflelou vainqueur par KO

  • A
  • A
Afflelou vainqueur par KO
Partagez sur :

Il n'y a pas eu de vote. Ou plutôt, les actionnaires de l'Aviron Bayonnais réunis ce mercredi en assemblée générale n'ont eu que pour seul choix de voter pour ou contre la liste dite Afflelou, portée par Michel Cacouault. Victime de menaces personnelles, Francis Salagoïty, le président sortant, a en effet présenté sa démission en ouverture de séance.

Il n'y a pas eu de vote. Ou plutôt, les actionnaires de l'Aviron Bayonnais réunis ce mercredi en assemblée générale n'ont eu que pour seul choix de voter pour ou contre la liste dite Afflelou, portée par Michel Cacouault. Victime de menaces personnelles, Francis Salagoïty, le président sortant, a en effet présenté sa démission en ouverture de séance. Le conseil d'administration de l'Aviron Bayonnais, qui devait enfin mettre fin à de longs mois de lutte intestine, s'est ouvert mercredi, à 19 heures, par une surprise. Contrairement à ce qu'il laissait entendre jusqu'à ces dernières heures, Francis Salagoïty a démissionné de son poste de président en ouverture des débats, une réponse aux menaces personnelles qu'il aurait reçues. "Après avoir reçu ce midi une nouvelle lettre de menace personnelle, j'ai décidé de me retirer de mes fonctions de président de l'Aviron Bayonnais Rugby Pro. Beaucoup de personnes ont souhaité que j'aille jusqu'à l'assemblée générale de ce soir. Pour moi être président de l'Aviron, c'était du plaisir, une passion. Mais ce n'est pas évoluer dans l'ambiance délétère de ces dernières semaines. Je sais les pressions que certains d'entre vous ont subies, je ne tiens à prendre personne en otage", a ainsi confié ce dernier par le biais d'un communiqué. Un coup de théâtre, qui n'a pas remis en cause l'ordre du jour, les 87 actionnaires étant invités à se prononcer sur trois résolutions: la révocation des administrateurs en place, la nomination de nouveaux administrateurs et les pouvoirs à donner. Avec 50 064 voix pour, soit une infime majorité (48 836 contre et 1 310 abstentions), l'assemblée générale du club basque a voté la révocation du conseil d'administration, permettant l'étude des deux autres résolutions du jour. Privé de liste concurrente, le projet "Afflelou", porté par l'ancien administrateur du club Michel Cacouault et derrière lequel on retrouverait Thierry Behérégaray, Philippe Ruggieri, Jean-Marie Berckmans, Alain Etchart, Pierre Destandau, Jean-Paul Inchasupé, Jérôme Alchutéguy, Fabrice Vigneau, José Sanz et Marie-Chrisitne Caunègre, selon le quotidien régional, est donc passé. Cacouault: "Etre dans les six premiers" Si les contours du vote restaient flous en fin de soirée, Alain Afflelou sort comme le grand vainqueur de cette assemblée générale, laquelle a officialisé le changement de mode de gouvernance du club, le conseil d'administration laissant place à un directoire et un conseil de surveillance. Principal partenaire du club, le lunetier est donc promis à prendre plus de poids encore au sein du club basque, qui devrait enregistrer le retour de Bernard Laporte. Comme simple conseiller du président du conseil de surveillance, Michel Cacouault ? Le nouvel homme fort de l'Aviron Bayonnais a donné une partie de la réponse dans un entretien, publié mercredi soir, sur le site du club: "Quand vous avez un sponsor, qui vous apporte 4 millions d'euros garantis sur 4 ans, cela nous donne les moyens de construire un sportif de qualité. Mais ce n'est pas la seule chose, il faut aussi remettre le sport au centre du club. Avec de bons dirigeants au milieu, les actuels entraîneurs Christian Gajan et Thomas Lièvremont conseillés par Bernard Laporte". Michel Cacouault a également annoncé avoir pris rendez-vous avec les deux entraîneurs dès jeudi matin pour définir les contours d'un projet sportif, qui a pour ambition "d'être dans les six premiers" du Top 14. "Je ne dis pas que ça va se faire du jour au lendemain, déjà beaucoup de joueurs qu'on aurait dû garder sont partis signer des contrats ailleurs. Il y a un amalgame à faire. J'ai un programme à quatre ans, avec des joueurs de qualité. Qu'il y a, du reste, déjà à l'Aviron", tempère toutefois le nouveau président. Car ce n'est pas tout de porter le budget du club à 18 millions d'euros, encore faut-il désormais tracer une ligne directrice claire pour faire de l'Aviron une place forte du Top 14, selon le voeu d'Alain Afflelou.