Affaire des quotas : des sanctions légères

  • A
  • A
Affaire des quotas : des sanctions légères
François Blaquart a reçu un avertissement de la FFF.
Partagez sur :

FOOT - La FFF a infligé un avertissement à François Blaquart et une mise à pied à Prévosto.

Depuis plusieurs semaines, on attendait les sanctions dans l’affaire des quotas. Mardi, la Fédération française de football (FFF) a décidé tirer un trait sur cette affaire en sanctionnant François Blaquart et André Prévosto. Le directeur technique national et le directeur général adjoint de la FFF ont écopé de sanctions plutôt légères. Le premier a reçu un avertissement et le second est mis à pied pendant six jours.

Simple avertissement pour Blaquart

Le DTN avait été suspendu à titre provisoire par la ministre des Sports Chantal Jouanno pour avoir dit lors d'une réunion : "on peut baliser, en non-dit, sur une espèce de quota", de joueurs bi-nationaux, selon le verbatim de Mediapart. La FFF a plaidé la clémence pour François Blaquart qui écope d’un simple avertissement. Il lui a été reproché le "dérapage" de la réunion du 8 novembre mais il a été confirmé dans ses fonctions de DTN.

André Prévosto, proche du président actuel Fernand Duchaussoy, avait lui reçu l'enregistrement de la fameuse réunion où a été prononcé le mot "quota", sans en avertir sa hiérarchie. Il a écopé de la "sanction la plus lourde avant le licenciement selon le règlement interne de la fédération", selon des sources proches du dossier. Sa mise à pied s'accompagne d'une retenue sur salaire.

Boghossian aussi averti

Autre affaire mais sanction similaire. L'entraîneur-adjoint de l'équipe de France Alain Boghossian a reçu un avertissement de la part de la FFF pour sa participation à un match amical à Grozny, en Tchétchénie. Un reportage de Canal + l'avait montré aux côtés du chef de la police locale lui remettant une montre sertie de brillants.

Des "précautions seront prises à l'avenir pour que de tels errements n'aient plus lieu", a déclaré un responsable de la FFF. Et d’ajouter que les membres du staff de l'équipe de France devraient désormais informer la Fédération de leurs déplacements en dehors de leurs fonctions officielles.