"Adieu Armstrong"

  • A
  • A
"Adieu Armstrong"
@ Reuters
Partagez sur :

Chaque matin à 7h15 sur Europe 1, Laurent Fignon donne son avis sur l'étape du Tour de la veille.

Chaque matin à 7h15 sur Europe 1, Laurent Fignon donne son avis sur l'étape du Tour de la veille. La défaillance d'Armstrong "Cette première étape de montagne nous a montré les limites d'Armstrong. C'est la fin d'un grand champion, en tout cas sur le Tour de France. Armstrong a montré ses limites. Ses limites d'âge, mais aussi morales, parce qu'on l'à vu véritablement se décourager, même si c'est vrai que le sort était contre lui. Néanmoins, voilà, c'est fini. A 39 ans, adieu Armstrong et bonjour les nouveaux..." Evans en jaune "On a vu des favoris hier qui étaient tous à fond, mais à fond derrière un équipier d'Astana. C'est un petit peu étonnant, car on s'attendait à des attaques dans le final. La course avait été un petit peu mouvementée et était propice à tester ses adversaires. Personne n'était capable, on a vu juste un Andy Schleck attaquer dans le dernier kilomètre, mais ça fait quand même peu. On l'a vu que tout le monde était à fond, Contador, Wiggins qui avait été lâché auparavant, Evans, etc. C'est un petit peu bizarre, même inquiétant de voir que tout le monde était à fond dès la première étape de montagne et après seulement huit jours de course". Le point de vue de Laurent Fignon: Contador pas au mieux "Le seul qui s'en est vraiment sorti c'est Andy Schleck, mais il n'a pas vraiment osé. Si on attend le Tourmalet pour faire des écarts, il y en a un paquet qui risque d'être un peu surpris. Je me doutais depuis le Dauphiné que Contador n'avait pas la même condition physique que l'an dernier. C'est très clair aujourd'hui, il n'est pas capable de sortir les autres. Il arrive même pas à suivre Andy Schleck dans le dernier kilomètre. Les enseignements c'est que c'est un Tour un peu bizarre. On est vite fatigué dans ce Tour de France". La journée de repos "Les écueils de la journée de repos, c'est toujours la même chose. Essayez de vivre au même rythme que la course, se lever à peu près pareil, manger aux mêmes horaires, rouler aux mêmes horaires, pas aussi longtemps, mais suivant son état de forme, une heure, deux heures, trois heures maximum, et encore c'est un peu trop. Et puis, éviter les sollicitations, ne pas rester trop longtemps debout, essayer de vivre la course quand même, pas changer son rythme".