Adebayor renonce à la sélection

  • A
  • A
Adebayor renonce à la sélection
@ Reuters
Partagez sur :

FOOTBALL - Le Togolais se dit "toujours hanté" par les évènements tragiques de la CAN.

FOOTBALL - Le Togolais se dit "toujours hanté" par les évènements tragiques de la CAN. "Suite aux évènements tragiques qui ont coûté la vie à deux de mes compatriotes, tués par des terroristes en Angola, durant la Coupe d'Afrique des Nations en janvier, j'ai pris la décision très difficile de prendre ma retraite internationale". C'est par ce communiqué publié sur le site internet de Manchester City qu'Emmanuel Adebayor a officiellement mis un terme à sa carrière internationale avec l'équipe du Togo. Le 8 janvier dernier, le bus de la délégation des Eperviers avait été mitraillé par des indépendantistes dans la région de Cabinda au nord de l'Angola. Deux membres de l'encadrement avaient connu la mort dans cette attaque revendiquée par le Front de libération de l'enclave de Cabinda (Flec) tandis que le gardien remplaçant, Kodjovi Obilalé, avait lui été gravement blessé. Un drame qui a profondément marqué l'attaquant des Citizens de 26 ans. "Je suis toujours hanté par les évènements dont j'ai été témoin lors de cet horrible après-midi dans le bus de l'équipe du Togo. C'est un moment que je n'oublierai jamais et que je ne veux plus jamais revivre", confie Adebayor. Le Togolais qui compte 38 sélections après neuf ans passé sous les couleurs des Eperviers, a toutefois rappelé sa fierté d'avoir défendu les chances de son pays qui, contrairement à 2006, ne s'est pas qualifié pour la Coupe du monde 2010. Le Ballon d'or africain 2008 a par ailleurs adressé un message de soutien à ses anciens coéquipiers. "Le Togo possède des joueurs très talentueux et j'espère vraiment qu'ils seront capables surmonter les souvenirs de l'Angola pour porter la nation vers le succès. J'ai une énorme confiance en chacun d'eux, les joueurs, les coachs, le staff et leur famille". Suite à l'attaque de Cabinda, les Eperviers, qui avaient dû quitter la CAN 2010 avant même le début de la compétition sur ordre du gouvernement togolais, avaient été sanctionné par la Confédération africaine de football à une suspension de quatre ans. Une décision encore contestée à ce jour par la Fédération togolaise de football dont le dernier appel, devant le Tribunal arbitral du sport, a été rejeté en février dernier.